RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Toute l’actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Programme d’appui au développement sanitaire (PADS) : Un outil de financement performant pour la mise en œuvre du Plan national de développement sanitaire (PNDS)

D 20 octobre 2016     H 11:13     A Toute info     C 0 messages


Le gouvernement burkinabè a développé, ces dernières années, plusieurs initiatives pour faire évoluer les indicateurs en matière de santé, en s’orientant vers une stratégie de financement basé sur les résultats (FBR) dans certaines régions et districts sanitaires ; l’objectif étant à terme d’étendre l’approche à toutes les formations sanitaires au plan national.

C’est dans cette optique que 15 districts sanitaires de 6 régions et 4 centres hospitaliers régionaux ont bénéficié de cette phase de mise en œuvre du FBR depuis janvier 2014. Le FBR contribue au renforcement de l’autonomie de gestion des formations sanitaires et, participe de la volonté du ministère de la santé et ses partenaires, de rendre les soins de santé plus accessibles à la population et d’en améliorer la qualité, par l’utilisation équitable des moyens disponibles.
Par ailleurs, l’instauration de la gratuité des soins, depuis cette année 2016, au profit des enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes est l’une des mesures phares à saluer. Une mesure dont la mise en œuvre nécessite l’accompagnement et l’appui des partenaires techniques et financiers. Déjà, il convient de souligner que dans le cadre du système de financement basé sur les résultats, le Programme d’appui au développement sanitaire, accompagne l’Etat dans la mise en œuvre opérationnelle au niveau national. A ce titre, il a procédé, le vendredi 7 octobre 2016, à la remise de 50 véhicules de supervision, au ministère de la Santé. Ces véhicules, acquis grâce aux subventions du Fonds mondial au profit des structures sanitaires, viennent s’ajouter au nombre important des actes posés par le PADS dans les domaines qu’il finance.

Les principaux domaines financés par le PADS

Toutes les activités pouvant contribuer à l’atteinte des objectifs du Plan national de développement sanitaire sont éligibles au financement du PADS. Toutefois, la limitation des ressources du programme, notamment au niveau du panier commun au détriment des financements ciblés, impose de choisir des activités à soutenir de façon prioritaire. Parmi ces activités, on retiendra le renforcement de la planification familiale, la mise en œuvre effective de la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant au niveau clinique et communautaire, la vaccination de routine et lors des épidémies, le renforcement de l’offre de soins obstétricaux d’urgence de base dans l’ensemble des formations sanitaires de base et de référence, la poursuite de la prévention de la transmission mère-enfant du VIH, le renforcement des capacités des communautés à prendre en charge leurs problèmes de santé, le renforcement de la surveillance et de la prise en charge nutritionnelle des enfants et le renforcement des capacités de réponse au VIH, à la tuberculose, au paludisme, aux maladies diarrhéiques, aux infections respiratoires aigües (IRA), et aux autres maladies transmissibles.

Les réalisations annuelles du PADS

Le PADS dispose d’outils de gestion dont le décret portant gestion des projets et programmes de développement, le manuel de procédures administrative et comptable, la comptabilité matière et surtout le programme d’activités annuel assorti d’un mécanisme de suivi-évaluation des principaux indicateurs.
Il assure notamment le financement des activités opérationnelles des structures sanitaires, celui des activités des Organisations non gouvernementales (ONG) et associations intervenant dans le domaine de la santé, l’équipement des formations sanitaires en matériel médico-technique et l’équipement des formations sanitaires en matériel de laboratoire.
Les interventions du PADS, qui mobilisent plus de 40 milliards de FCFA par an grâce à l’appui des partenaires techniques et financiers, permettent de financer des acquisitions au profit des structures sanitaires. On peut citer entre autres l’acquisition des réactifs de laboratoire, des produits contraceptifs, du matériel roulant (véhicules de supervision, ambulances et motocyclettes), matériel pour la chaîne de froid, matériel informatique, médicaments (antituberculeux et antipaludisme), vaccins, des réhabilitations d’infrastructures et des constructions, etc.
Les structures bénéficiaires du financement du PADS
Le PADS est un programme qui intervient à tous les niveaux du système de la santé. Ainsi, les structures bénéficiaires de ses financements comprennent entre autres les 70 districts sanitaires, les 9 centres hospitaliers régionaux, les 3 Centres Hospitaliers Universitaires et l’Hôpital national Blaise COMPAORE , l’ensemble des directions centrales et déconcentrées du ministère de la santé, les structures rattachées, les centres et instituts de recherches en santé, les acteurs de secteur privé impliqués dans des initiatives de partenariat public privé, et les ONG et associations impliquées dans la mise en œuvre de la contractualisation des services de santé .

En rappel, le PADS est une initiative conjointe du ministère de la Santé et de certains partenaires au développement. Son objectif principal est de contribuer au financement performant de la mise en œuvre du Plan national de développement sanitaire. Ce programme vise aussi, de façon spécifique, à contribuer de manière significative, à la mobilisation des ressources financières pour une mise en œuvre efficace et efficiente des interventions programmées dans le Plan national de développement sanitaire (PNDS), et à assurer la mise en place de mécanismes fonctionnels pour une gestion rationnelle des ressources financières à tous les niveaux du système de santé . Dans un contexte de rareté des ressources et pour assurer la politique gouvernementale relative à la gratuité des soins, le PADS, compte financer prioritairement les activités de prévention et de prise en charge des maladies de la mère et de l’enfant et améliorer la qualité des cadres de concertation et de dialogue dans le secteur de la santé.

Le ministère de la Santé

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document