RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


EMPLOI DES FEMMES : Le groupe de la Banque Mondiale lance son 4e rapport

D 11 novembre 2016     H 09:12     A Toute info     C 0 messages


Menées dans 173 pays à travers le monde, des études sont sans appel : sous tous les cieux, les femmes ont moins accès à l’emploi. Estimant insoutenable cet état de fait, le Groupe de la Banque Mondiale, à travers un rapport incite à y faire face. Le lancement de la quatrième édition dudit rapport intitulé « Les femmes, l’Entreprise et le Droit 2016 »a eu lieu à Ouagadougou ce jeudi 10 novembre.

L’objectif de la rencontre qui a mobilisé des délégations de plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, est de cerner les raisons qui font que les femmes ont des difficultés d’accès à l’emploi. Pour cela, ce sont en tout sept (07) indicateurs qui ont été étudiés. Ces indicateurs vont de l’accès aux institutions au droit de jouissance de la propriété en passant par les difficultés liées à l’obtention des crédits bancaires ainsi que celles en lien avec la justice.

Obstacles juridiques

Les raisons de ces différentes entraves sont multiples et multiformes comme l’ont fait savoir les participants. Il reste que très souvent elles émanent des législateurs selon le représentant de la Banque Mondiale au Burkina Faso, Cheick Kanté. C’est ainsi que de nombreux obstacles juridiques préjudiciables à l’épanouissement économique de la femme ont été recensés dans les pays étudiés. Il ressort de ce fait que 79 pays ont légiféré sur des catégories d’emploi interdites aux femmes. En revanche, elles ont droit à des quotas qui stipulent leur droit à participer au parlement dans deux (02) pays étudiés sur cinq(05).Quant au droit à la terre, il est encore l’affaire des hommes dans la quasi-totalité des pays. Conséquences ; alors qu’elles représentent plus de la moitié de la population mondiale, les femmes ne possèdent que 1% des titres de propriété. Ce qui pour la Banque Mondiale, freine le développement des pays concernés d’où la nécessité de travailler à la promotion de la femme. Des recommandations seront faites dans ce sens à l’issue des travaux. Coorganisateur de l’atelier, le Ministère de la Femme de la Solidarité et de la Famille a émis le vœu que les plus hautes autorités du Burkina mettent en application les recommandations qui en seront issues.

Soumana LOURA
TOUTE INFO, Quotidien burkinabè en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document