RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Burkian : Le SYNAGRH (syndicat) dénonce une « politisation » de l’administration

D 24 mars 2017     H 07:00     A Toute info     C 0 messages


Le Syndicat des Gestionnaires des Ressources humaines (SYNAGRH) qui était en sit-in les 15,16 et 17 mars derniers ont réuni la presse ce 23 mars pour annoncer un autre pour les 5 ; 6 et 7 avril prochains. En cause ; la « négligence » des autorités mais aussi la « politisation » de l’administration.

À l’issue du sit-in de la mi-mars, le SYNAGRH estime que son mot d’ordre a été largement suivi. Ce qui témoignerait de « l’importance et de la légitimité des points de revendications mais aussi de l’adhésion des militants… » Les gestionnaires des ressources humaines qui revendiquaient entre autres la création d’un cadre de concertation avec les ministères de la Fonction Publique et celui des Finances ;la relecture des conditions de rémunérations lors des opérations des concours mais aussi l’harmonisation de l’indemnité entre agents que ceux-ci relèvent du ministère de la Fonction Publique ou celui des Finances estiment n’avoir pas été écoutés. De fait seul le point relatif à la rétribution pendant l’organisation des concours est en cours de résolution selon Souleymane Zoromé, son Secrétaire Général.

« Recrutements discriminatoires ». Les gestionnaires des ressources humaines ont aussi un autre grief. Il s’agit d’un recrutement sur mesures nouvelles en cours dans la Fonction Publique. Ce recrutement ne rencontre pas l’assentiment du syndicat parce qu’il bafouerait les textes en la matière. À les entendre, ceux-ci prévoient que les recrutements sur mesures nouvelles ne doivent se faire que lorsque les compétences recherchées sont rares. Ce qui n’est pas le cas pour le recrutement actuellement en cours. Aussi considèrent-ils que l’esprit et les dispositions de ce recrutement sont discriminatoires parce que d’une part, il n’y a pas eu une large diffusion et que d’autre part, ce recrutement n’est pas fait par les structures habituelles. De plus certaines dispositions seraient susceptibles d’exclure les handicapés. Aussi le SYNAGRH dit avoir pris langue avec d’autres organisations pour « mettre en échec » ce recrutement qu’il qualifie de clientéliste et faire en sorte que tous les Burkinabé aient les mêmes chances d’accès à l’emploi public.

Soumana Loura

TOUTEINFO, Quotidien burkinabè en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document