RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Burkina Faso

Version imprimable de cet article Version imprimable


EX. CNT : des anciens députés s’organisent pour « rétablir la vérité » sur la remise en cause de certaines lois

D 5 avril 2017     H 23:00     A Toute info     C 0 messages


Quelques membres du parlement de la Transition comptent s’organiser en vue d’édifier le peuple par rapport au travail qu’ils ont abattu au cours de leur mandat. Un Comité de veille a été créé à cet effet et présenté à la presse ce 05 avril.

Les députés membres de ce comité sont catégoriques ; si leur mandat n’a duré qu’un an, il restera gravé à jamais dans l’histoire politique du Burkina. Et pour cause ; une production législative « abondante »-108 lois votées. Ils ne sont pas peu fiers du fait que ces lois ont trait à des domaines aussi divers que la moralisation de la vie publique, la vie économique sans oublier le judiciaire. Au nombre de ces lois, ils citent volontiers le code minier qui est le plus ambitieux jamais voté au Burkina, mais aussi le bail locatif, l’Assurance Maladie Universelle, la constitutionnalisation de l’Autorité Supérieure du Conseil d’Etat(ASCE) et du droit à l’eau. C’est donc avec regrets que les membres du comité de veille disent constater que des tentatives de remise en cause sont opérées à travers certaines lois qui ils en sont convaincus « causeront des reculs graves à la fondation de la République et annihilent les efforts des acteurs ayant contribué à produire ce travail ». D’où l’idée de la création de ce Comité de veille pour « rétablir la vérité ». Laquelle vérité consistera notamment à suivre le devenir de « l’important » travail législatif du Conseil National de la Transition(CNT), assurer la sécurité politique et intellectuelle du CNT. Au besoin le comité entend aussi apporter la contribution du CNT à toute question majeure ayant trait à l’évolution sociopolitique du pays.
Perpétuel recommencement. Les débats actuel sur la Constitution de la Ve République n’avaient plus lieu d’être aux yeux du comité d’autant plus qu’en novembre 2015, le CNT avait déjà rédigé une constitution au sein de laquelle toutes les dispositions confligènes ont été supprimées selon Aseghna Somda alors président de la Commission en charge de ladite réforme. Comme innovation, le comité évoque entre autres, le verrouillage de l’article 37, la déconnexion des pouvoirs exécutifs et judiciaire, les candidatures indépendantes et l’ouverture d’une saisine du Conseil constitutionnel qui serait accessible à tous les citoyens. Aussi considèrent que les débats actuels ne sont qu’un perpétuel recommencement et que le régime parlementaire ne sied pas pour le Burkina.

Soumana Loura

TOUTEINFO, Quotidien burkinabè en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document