RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


Discours du président Emmanuel Macron : « j’ai écouté le discours avec beaucoup d’intérêt et j’ai retenu un mot : le défi » Juliette BOUDA (étudiant)

D 29 novembre 2017     H 16:30     A Tiendrebeogo Aziz     C 0 messages


Ils étaient près d’un millier, les étudiants triés sur volet à venir suivre le discours d’Emmanuel Macron dans l’amphithéâtre de l’université Ouaga I Profeseur Joseph KI Zerbo le mardi 28 novembre 2017. Pour ces étudiants, ce discours est la preuve de la fin du néocolonialisme, avec un président qui incarne les valeurs d’une jeunesse qui aspire au changement.

Marina Batiano

« On ne peut pas attendre que la France vienne gérer nos problèmes pour nous »
Comme il (ndlr : Emmanuel Macron) l’a dit, la solution doit venir de nos pays en particulier .On ne peut pas attendre que la France vienne gérer nos problèmes pour nous . Il revient à nos dirigeants et à cette jeunesse consciente et éveillée maintenant de prendre ses responsabilités et d’engager réellement vers le chemin d’un développement économique et social » .
.
Juliette BOUDA, étudiante en troisième année de management et coordination de l’action humanitaire.
« Ces défis sont d’abord à nous »
J’ai écouté le discours avec beaucoup d’intérêt , et j’ai retenu un mot : le défit . il est ressorti de son discours qu’en tant que nation , nous devons prendre notre responsabilité . Ces défis sont d’abord à nous. Nous devons œuvrer et tout ce que la France peut faire c’est de nous accompagner dans le chemin qu’on aura choisi ».

Abel Ouédraogo

« On verra bien s’il va tenir parole de ce qu’il a dit dans son discours.  »
C’est un bon discours, on attend de voir les gestes effectifs. Parce que rien ne sert de parler avec un bon discours, et qu’on ne constate rien a l’appui. On verra bien s’il va tenir parole de ce qu’il a dit dans son discours notamment en matière de l’éducation , de l’entrepreneuriat des jeunes et surtout le rapprochement du système éducatif français au système éducatif burkinabè. Tout cela ce sont des défis , et il à tenu compte de cela dans son discours .

Jean Parfait Touwendé, étudiant en Géographie
« Nous avons dépassé l’étape de la domination de l’impérialisme »
C’est une occasion d’échange et de partage. Une occasion qui ne se répète pas. C’est une occasion de voir à quel point la France est engagée pour le développement du Burkina-Faso , comment cette collaboration peut s’effectuer à long terme . Comme il l’a dit, nous avons dépassé l’étape de la domination de l’impérialisme, mais maintenant nous sommes dans une phase de collaboration où chaque partie doit donner sa contribution pour que nous puissions bâtir ensemble l’édifice du développement dans les pays africains.

Propos recueillis par Emmanuel Fiakofi.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document