RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


FRONT SOCIAL : le SYNTSHA pour la mise en œuvre conséquente du protocole d’accord Gouvernement –Syndicat

D 5 décembre 2017     H 20:30     A Toute info     C 0 messages


Le bureau national du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) dénonce une remise en cause « très grave du consensus » avec le gouvernement. Lors d’une conférence de presse le lundi 4 décembre 2017, le bureau national du syndicat a exposé ses points de désaccord avec le gouvernement dont l’état de la mise en œuvre du protocole d’accord du 13 mars sur la fonction publique hospitalière et le procès contre Nonguebzanga Kaboré.

Face aux hommes de médias le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) a manifesté son mécontentement concernant l’état de mise en œuvre du protocole d’accord signé avec le gouvernement le 13 mars dernier . Les points de revendications qui ont fait l’objet d’engagements du gouvernement dans le protocole dont le contrôle de la mise en œuvre a été confié à un comité de suivi . Il ressort que ce comité n’a pas respecté les délais : les engagements à court , à moyen et à long terme . A ce jour , le dernier rapport indique un taux de 61,76 % de réalisations des engagements .Le taux quantitatif ne reflète pas le poids des questions à résoudre, c’est-à-dire la différence d’impacts entre les revendications . Sur les questions de carrière , de rémunération salariale et les indemnitaires et la transparence dans la gestion des services , restent pendantes et donc sans solution . Le syndicat estime qu’il n’est pas satisfait.
Pour le Bureau National d’autres revendications , les solutions annoncées ne sont pas encore effectives sur le terrain . Exemple les conditions de travail notamment les salaires et indemnités(logement, garde ,risque et astreint) des travailleurs. A cet effet le syndicat dénonce le blocage de la part du Ministère en charge de la Fonction Publique du fait du silence observé sur le préalable que constitue l’élaboration du Répertoire Interministériel des Métiers de l’Etat (RIME).
Autres revendications spécifiques chères au SYNTCHA, il s’agit entre autre de la protection des travailleurs contres les agressions dans l’exercice de leur fonction. Des mesures exigées du gouvernement par les travailleurs sur cette question , avec et surtout grâce à la mobilisation , des efforts ont été faits , toutefois le syndicat appelle les travailleurs à rester en veille afin de poursuivre la lutte dans le respect de l’intérêt général.

Le procès contre Nonguebzanga Kaboré pour fait de grève

Pour défendre sa plate-forme revendicative , le SYNTSHA avait lancé un mot d’ordre de grève de 96 heures les 13,14, 15 et 16 novembre 2012 . Pour avoir observé cette grève , alors qu’il était en service au CMA de Séguénéga, Nonguebzanga Kaboré , avait été révoqué par le conseil des ministres du O6 mars 2013 au motif de « non assistance à une patiente ». Pour le SYNTSHA , ce motif visait à le réprimer parce qu’il a suivi le mot d’ordre de son syndicat qui a pris la décision de rejeter les « réquisitions préventives ». Pour le SYNTSHA , il ne s’agit ni plus ni moins d’un procès pour fait de grève . Cela ne signifie pas que les travailleurs de la santé humaine et animale ne sont pas des justiciables mais , Nonguebzanga Kaboré n’a pas s commis de délit en observant une grève déclenchée conformément à la réglementation en vigueur au Burkina Faso . En conséquence, le SYNTSHA dénonce et condamne cette atteinte grave au droit de grève.
Au regard du manque de volonté du gouvernement de respecter l’ensemble du protocole d’ accord selon Pissyamba OUEDRAOGO Secrétaire du Général , le SYNTSHA a voulu par cette conférence de presse « interpeler le gouvernement une fois de plus à respecter ses engagements ».
Le 30 septembre dernier, le Conseil de direction du SYNTSHA avait recommandé aux travailleurs d’être patients. Mais cette disponibilité au dialogue semble n’avoir pas été prise en compte par le gouvernement car le dialogue social est vide si le gouvernement foule au pied. Le SYNTSHA tient à souligner avec force que sa patience a des limites et qu’il ne manquera pas de prendre toutes les mesures nécessaires pour s’opposer aux manœuvres dilatoires et toutes les tentatives de remise en cause des acquis de ses luttes et du droit de grève .
Il tiendra à cet égard le gouvernement pour responsable de la détérioration du climat social dans les secteurs de la santé humaine et animale s’il persiste dans cette attitude .

Kossi Emmanuel Fiakofi

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document