RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Burkina Faso

Version imprimable de cet article Version imprimable


MINISTERE DE L’ENERGIE : Idrissa Konditamdé installé dans ses fonctions de directeur de cabinet

D 19 mars 2018     H 18:31     A Toute info     C 0 messages


Idrissa Komditamdé occupe désormais le poste de directeur de cabinet du ministre de l’énergie. Il a été officiellement installé dans ses fonctions ce lundi 19 mars 2018 lors d’une cérémonie en présence des cadres du ministère et plusieurs parents et amis invités.

Le ministre de l’énergie a procédé à l’installation de son tout nouveau directeur de cabinet Idrissa Konditamdé ce lundi 19 mars 2018. Celui que le ministre Ismaël Béchir Ouédraogo a choisi pour être le chef d’orchestre de son département remplace Chantal Ki (directrice sortante) à qui il a promis de faire recours en cas de besoin. Prenant la parole pour s’adresser à ses collaborateurs directs, le nouveau directeur confie placer en eux « une confiance totale ». Il leur a indiqué toute son ouverture pour la construction d’un édifice commun : « sachez que ma porte est ouverte (…) parce que je sais que c’est dans la collégialité, la saine contradiction et les critiques constructives que jaillissent les idées lumineuses qui font avancer le monde. »
Quant à l’immensité du travail qui l’attend sur le terrain de la réalité, Idrissa Konditamdé en est bien conscient et a tenu à l’exprimer : « notre collaboration débute dans un contexte difficile avec les multiples délestages causés par la canicule précoce qui traumatise nos populations. » Toutefois, estime le directeur entrant, « le choix du gouvernement d’opérer une transition progressive vers le mixte énergétique avec le recours aux énergies renouvelables constitue un réel espoir ». A-t-il souligné.

Idrissa Konditamdé : le parcours d’un jeune homme de 36 ans

Le jeune directeur de cabinet qui vient de s’installer au ministère de l’énergie n’est pas un inconnu du public. Pour son introduction auprès de ses collègues, c’est le ministre Ismaël Béchir Ouédraogo lui-même qui a pris les devants pour dérouler son parcours académique et professionnel. On découvre qu’au moment de sa nomination, Idrissa Konditamdé était Consultant en communication participative pour le développement.

L’homme est aussi connu pour son activisme dans le milieu associatif. De fait, il est le fondateur de l’Association unie pour l’éradication de l’excision au Burkina-Faso (JEUNEE/BF), une organisation de la société civile qui lutte contre les mutilations génitales féminines. Avec cette association, il est l’initiateur de plusieurs caravanes de sensibilisation dans localités du pays. La dernière en date fut l’édition « stop excision 2017 » qui a eu le soutien de la première dame Sika Kaboré comme marraine.
Alors qu’il venait de fonder la plateforme web « agri-tic » pour s’intéresser aux questions agricoles en Afrique, Idrissa remporte le premier du meilleur journaliste africain de l’année 2013 décerné par l’Union africaine et le NEPAD en mars 2014 pour son article intitulé : « Région du Centre-nord burkinabé : le Zaï ou comment produire deux tonnes à l’hectare sur un sol aride ».
Cette prouesse lui inaugure un voyage à Durban en Afrique du Sud, dans d’autres villes d’Afrique et des encouragements des autorités burkinabè de l’époque.

Idrissa Konditamé, c’est aussi le journaliste et communicateur qui s’est essayé en production littéraire. Titulaire d’une Maîtrise sciences et techniques de l’information et de la communication à l’Université Ouaga I Pr. Joseph KI-ZERBO, il signe sa toute première œuvre littéraire : « la rançon du mal » qui est un recueil de contes burkinabè à travers lesquels il dénonce des défauts comme l’ingratitude, l’égoïsme, la méchanceté, la jalousie, la cupidité et d’autres tares qui minent l’existence humaine. L’œuvre est préfacée par le Larlé Naaba Tigré. Son rapprochement avec ce chef traditionnel ancré dans la culture n’est pas le fait de hasard. Ceux qui connaissent Konditamdé disent de lui qu’il est prototype de ce fou intelligent qui sait dire tout ce qui lui tient à cœur grâce à sa maîtrise de l’humour tiré des meilleurs anecdotes et proverbes qu’il n’hésite pas utiliser pour emballer son interlocuteur. D’ailleurs, à son installation ce lundi, il a lancé deux adages sous des acclamations nourries : « qui connaît sa destination a déjà fait la moitié de son chemin » lorsqu’il a voulu montrer qu’il avait comme unique boussole le Plan de développement économique et social (PNDES) du président Roch Kaboré et « la victoire a cent pères mais la défaite est orpheline » pour signifier qu’il était engagé avec l’ensemble des travailleurs pour venir à bout des délestages pour le bonheur de tous les Burkinabè.

Avec cette prise de fonction au poste de directeur de cabinet, Idrissa Konditamdé devra savoir aussi compter avec l’environnement politique parfois délicat. C’est un autre milieu où ses qualités de militant et de leader associatif ne suffiront pas. Militant de première heure du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), il a été candidat malheureux aux élections législatives dernières à Manga (province du Zoundwéogo) et devra montrer qu’il peut rebondir, car après tout, c’est une promotion politique que son parti n’hésitera pas à suivre de près.

Abdoul Fahim Sebgo

TOUTE INFO, quotidien burkinabè en ligne

Portfolio

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document