RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


REFORMES DES SALAIRES : les syndicats dénoncent un cadre « inapproprié »

D 17 avril 2018     H 08:57     A Toute info     C 2 messages


Réunie le 16 avril, la Coordination des Syndicats de la Fonction Publique(CSFP) a déploré le cadre de discussion qui n’est à, leurs dires, pas approprié en vue de trouver satisfaction aux revendications des agents publique.

Dans son message à la nation, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, annonçait une reforme des salaires des agents de la fonction publique. Pour opérationnaliser cette promesse, le Premier ministre a initié une rencontre avec l’Unité d’Action Syndicale à qui il a expliqué le caractère « insoutenable » de la masse salariale d’autant que celle-ci handicaperait les investissements. C’est ainsi que le 28 février, la conférence chargée de trouver des solutions à la question est lancée. Mais les consultations qui devraient durer trois semaines, n’ont toujours pas livré leurs conclusions. Pour les membres de la CSFP, cet enlisement est dû à la non-participation des premiers concernés. Ceux-ci, à travers leurs syndicats et regroupements syndicats se disent d’autant plus réservés que le format tel que proposé par le gouvernement et qui implique « les forces vives » ne prête pas à une discussion sereine susceptible d’apporter des réponses convenables aux revendications des travailleurs. Pour les membres de la coordination, ce cadre de discussion n’a pour seuls objectifs que diviser les travailleurs et de les mettre à dos de l’opinion publique.
A en entendre les conférenciers, ces reformes dont l’objectif n’est que revoir à la baisse les traitements salariaux n’ont été initiées que pour satisfaire les institutions financières internationales qui elles ne s’intéressent qu’au règlement de la dette du pays.

« Que les débats portent aussi sur les fonds spéciaux des dignitaires »

Tout de même, la CSFP dit ne pas être opposée à l’idée des discussions. Mais estime que si les discussions doivent concerner les traitements salariaux, il n’y a pas lieu que les forces vives prennent part à ces discussions. Celles-ci doivent se faire de façon bipartite c’est-à-dire uniquement entre le gouvernement et les syndicats. Si les forces vives devraient nécessairement y participer, la CSFP estime qu’il y a lieu que les sujets des discussions soient étendus à une question plus large c’est-à-dire la gestion de la richesse nationale. Dans le cas où les débats se baseraient uniquement sur les traitements des agents publics, la quarantaine de syndicats membres de la CSFP estiment que les débats doivent aussi prendre en compte les émoluments non officiels des dignitaires ainsi que d’autres aspects qui contribuent à augmenter le train de vie de l’Etat tels que les fonds spéciaux du Président et du président de l’Assemblée nationale, la gestion du parc automobile, les différentes missions, etc. Pour la CSFP, sa participation aux discussions doit répondre à un certains nombre de conditions tels que le respect des droits acquis, la nécessité d’une augmentation salariale « qui tiendrait compte des conditions de travail et du cout de la vie ».Dans le cas où les discussions doivent porter sur la gestion de la richesse nationale, la CSFP promet de soulever des questions telles les crimes économiques, la gestion du foncier, les retombées des minières, etc.

Soumana Loura

TOUTE INFO, quotidien d’information en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable


2 Messages

  • La reforme des salaires n’est pas le noeud gorgien du problème, c’est plutôt la malgouvernance le véritable problème.

    Quand on veut une gouvernance vertueuse, il faut traiter les dossiers sales avec rigueur et être soi-même un modèle. Or dans le format actuel du gouvernement, bcp sont redevables à l’Etat mais rien ne les inquiète, parceque ayant toutes les garanties necessaires. Dans ces conditions, le gouvernement ne peut pas demander aux pauvres fonctionnaires de serrer les ceintures pendant que lui continue de proteger de vrais delinquants aux cols blancs vivant dans l’opulence sur le dos du contribuable.
    Ce régime est loin de d’assainir les finances publiques car il regroupe en son sein les véritables prédateurs des finances publiques.
    Que d’injustices !


  • La reforme des salaires n’est pas le noeud gorgien du problème, c’est plutôt la malgouvernance le véritable problème.

    Quand on veut une gouvernance vertueuse, il faut traiter les dossiers sales avec rigueur et être soi-même un modèle. Or dans le format actuel du gouvernement, bcp sont redevables à l’Etat mais rien ne les inquiète, parceque ayant toutes les garanties necessaires. Dans ces conditions, le gouvernement ne peut pas demander aux pauvres fonctionnaires de serrer les ceintures pendant que lui continue de proteger de vrais delinquants aux cols blancs vivant dans l’opulence sur le dos du contribuable.
    Ce régime est loin de d’assainir les finances publiques car il regroupe en son sein les véritables prédateurs des finances publiques.
    Que d’injustices !


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document