RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Burkina Faso

Version imprimable de cet article Version imprimable


Politique : l’UPC accuse le président de la CENI d’être l’Avocat de la majorité

D 7 septembre 2018     H 12:15     A Toute info     C 0 messages


Ce jeudi 6 septembre l’UPC a animé une conférence de presse à son siège .L’ordre du jour : le fonctionnement de la CENI et la situation nationale .Sans détours et sur un ton ferme, Adama Sosso et ses camarades estiment que la situation est plus que préoccupante, qu’il urge de réagir.

C’est face à un parterre de journalistes que l’UPC a donné son regard sur la situation nationale .Avant tout propos, elle a tenu à présenter ses sincères condoléances aux familles des forces de défense et de sécurité tombées et souhaiter prompt rétablissement aux blessés dans le cadre de la lutte contre l’insécurité. Pour ce faire une minute de silence a été observée en leur mémoire.

Newton Ahmed Barry pointé du doigt

L’UPC n’est pas passer par quatre chemins pour dénoncer les agissements du président de la CENI à propos de la date du référendum constitutionnel que celui-ci annonçait pour le 24 mars 2019. Pour le parti ,Newton Ahmed Barry est en dérive et il se pose la question si le président de la CENI maîtrise les textes qui régissent son institution et le processus électoral dans notre pays ;du fait que le Ministre de l’ administration territoriale et de la décentralisation ait démenti les informations fournies par Newton Ahmed Barry .En plus de cette sortie l’UPC accuse le président Barry d’être l’avocat de la majorité ,en défendant des points non consensuels comme l’arrivage du fichier électoral au fichier de l’ONI ,l’enrôlement par sms et la limitation des pièces de votations à la seule CNIB .Et le parti du lion de conclure « M. Barry dirige seul la CENI et a tendance à imprimer sa seule marque. ». Enfin, pour le principal parti d’opposition le président de la CENI doit observer une stricte neutralité et un respect des textes pour un processus crédible du code électoral déjà mis à mal.

De la critique aux solutions

Entamant le second volet de cette conférence ,le constat est le même .La situation sécuritaire de la nation est inquiétante à travers les attaques terroristes qui se répandent partout dans le pays .Le parti du lion en veut pour preuve la mort des forces de défense et de sécurité sans que des mesures idoines ne soient prises .Ne se limitant pas à aux critiques, les responsables du parti de Zéphirin Diabré propose un équipement adéquat des forces de défense et de sécurité ,une réorganisation des services de renseignement ,une réelle motivation des FDS et notamment la nomination de techniciens expérimentés comme ministres de la défense et de la sécurité .Toujours sur la situation nationale ,la question de la législation de l’avortement n’a pas été occultée .Pour l’UPC , « il est clair que la majorité s’apprête à légaliser l’avortement au Burkina Faso » et elle s’en oppose énergétiquement à un tel projet.

Alain Yaméogo
Camille Baki
(stagiaires)

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document