RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Burkina Faso

Version imprimable de cet article Version imprimable


Me Gilbert Noël Ouédraogo : « si le parti souhaite que je puisse être candidat en 2020, je ne dirai pas non ! »

D 26 septembre 2018     H 18:42     A Toute info     C 0 messages


L’ADF/RDA annonce les couleurs pour la présidentielle de 2020. Dans une interview accordée à TOUTE INFO, le président de ce parti d’opposition ne cache pas ses ambitions. Aussi, entre actualités, gouvernance du pouvoir MPP et vie du parti, Me Gilbert Noël Ouédraogo entend travailler pour mobiliser ses militants afin de conquérir le pouvoir d’Etat. Lisez-plutôt !

TOUTE INFO : Bonjour Maître, comment va l’ADF/RDA aujourd’hui ?

Me Gilbert Noël Ouédraogo : …Je voudrais dire que l’ADF/RDA se porte bien par la grâce de Dieu .En effet notre parti après l’insurrection ,après les élections de 2015 a pu nonobstant le fait qu’il n’a pas pu présenter les candidats initiaux à la présidentielle et aux législatives ,a pu présenter d’autres candidats à la dernière minute .Et nous avons eu trois députés .Aujourd’hui nous travaillons à relancer notre formation politique .Je peux dire que l’éléphant est en train de revenir sur la scène politique avec plus de détermination ,plus d’engagement et aussi plus d’expérience .Nous sommes en train d’organiser les 05 ,06 octobre 2018 la rentrée politique de l’ADF/RDA à Ouahigouya sur le thème « quelle réponse face aux défis sécuritaire au Burkina Faso ? »

Parlant de défis sécuritaires, le phénomène actuel c’est le terrorisme, comment en marge de l’opposition dont vous faites partie, l’ADF/RDA pense s’organiser en son sein pour aider à endiguer ce phénomène ?

Justement l’ADF/RDA doit réfléchir à cette question et porter sa contribution .Mais nous avons déjà eu à faire un certain nombre de propositions .Par exemple nous avons proposé que l’on puisse doter les forces de défenses et de sécurité de matériels blindés ,de matériels de sécurité ,qu’on puisse les renforcer ,qu’on puisse accompagner les services de renseignements .Mais nous avons également ,ça c’est l’ADF/RDA, dit que nous pensons que le contexte actuel est tel que la constitution ,le referendum qui est prévu doit être annulé ou reporté à une date ultérieure .Et le montant affecté près de 23 à 24 milliards pour l’organisation de ce référendum doit être utilisé pour renforcer la défense dans notre pays le Burkina Faso .Nous avons également proposé au sein du CFOP qui a été accepté la cotisation pour venir en aide aux forces de défense et de sécurité .Et c’est donc dire qu’au niveau de l’ADF/RDA vraiment nous sommes très sensibles à cette question .Et nous allons dans ces réflexions faire aussi avec des spécialistes que nous allons inviter ,faire des propositions concrètes pour nous permettre de sortir de cette situation .Nous avons également parler du volet de la communication parce qu’il faut avoir une communication qui permet de rassembler les fils et filles du Burkina Faso ,appeler à l’unité nationale pour qu’ensemble nous puissions travailler à éradiquer ce phénomène .Donc il y a les moyens à mettre en place pour accompagner les militaires ,le renseignement .Il faut aussi accompagner les populations ,des programmes de développement sociaux pour que les gens sortent de la souffrance et des difficultés et à côté de cela ,il y a une communication à faire .Puis aussi ,il y a des questions sociologiques ,il faut essayer de comprendre les origines du phénomène et pouvoir intervenir .Donc pour nous c’est une question qui ne touche pas seulement le Burkina Faso ,ça touche plusieurs pays mais il faudrait qu’au Burkina Faso on prenne la question à bras le corps ,et qu’on puisse apporter des réponses .

Parlant toujours de sécurité l’opposition a appelé à une marche-meeting le 29 septembre, au départ c’était pour dénoncer l’immobilisme du pouvoir MPP , aujourd’hui l’opposition n’a-t-elle pas trouver une autre parade en disant que c’est une marche des forces vives de la nation et appeler à une contribution .Est-ce que vous ne faites pas une fuite en avant ?

Non pas du tout !puisque la première sortie de l’opposition si vous reprenez, c’est sur cette sortie que nous nous basons .Il y’avait 13 points et parmi ces 13 points le premier point c’était l’insécurité .Il y’avait la mal gouvernance, d’autres points : le logement, la crise du logement, les questions de la vie chère .Donc nous avons énuméré les femmes, les jeunes et enfin on a terminé par un 14e point qui est l’appel à manifester. Et pour nous l’appel à manifester ,c’est d’amener le pouvoir qui sommeille à se réveiller .Et donc aujourd’hui ,nous nous réjouissons que déjà depuis les actions que nous avons entreprises, on constate que le pouvoir agit parce que là vous constatez qu’il y a des concertations tous azimuts au niveau du pouvoir .Il y a des actions qui sont entreprises ,nous pouvons dire que ça, ce sont les effets positifs du fait que l’opposition a appelé à organiser cette marche .Mais les points demeurent là .Et nous avons été satisfaits de la rencontre que nous avons eue avec le premier ministre par exemple où nous avons échangé d’un des points des quatorze points que contenait notre déclaration principale .Mais nous allons continuer à faire ce travail et à interpeller le pouvoir parce que, c’est cela aussi le rôle d’une opposition républicaine .Mais je tiens à souligner qu’il n’est nullement question pour le CFOP ,ni pour l’ADF/RDA d’aller à une marche qui a pour objectif de créer une insurrection ou de faire tomber qui que ce soit .Nous faisons une marche républicaine pour dénoncer un certain nombre de faits dans le respect de la loi et de la légalité et appeler le gouvernement ,les autorités nationales à se réveiller ,à régler les problèmes des Burkinabè et à prendre au sérieux la question sécuritaire .

Monsieur le président, quels sont les défis à moyen et long termes de l’ADF/RDA ?

Les défis sont énormes ! Déjà ,il faut que nous réussissions notre rentrée politique .Après cette rentrée politique ,nous allons organiser des tournées sur l’ensemble du territoire et nous envisageons d’organiser un congrès en 2019. Congrès au cours duquel probablement l’ADF/RDA va choisir son candidat pour l’élection présidentielle, parce que nous serons présents à l’élection présidentielle avec un candidat ,également nous serons dans les 45 provinces du Burkina avec des candidats aux législatives. Donc nous allons travailler à faire en sorte que l’ADF/RDA puisse conquérir le pouvoir au Burkina Faso.

Et pour 2020, la candidature, vous êtes prétendant ?

Naturellement que si le parti souhaite que je puisse être le candidat du parti, je ne dirai pas non ! Maintenant c’est au parti de décider, et comme vous le dites, il y a des candidatures à la candidature .Et moi je suis disponible et prêt si le parti estime que je peux être celui qui peut apporter le changement dont le peuple burkinabè a besoin et surtout travailler à une véritable réconciliation des fils et filles du Burkina parce que notre parti est un parti de paix, un parti de liberté ,et un parti de justice .Et pour nous c’est très important qu’il y ait la cohésion sociale et la paix.

Propos recueillis par Alain Yaméogo (stagiaire)

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document