RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Burkina Faso

Version imprimable de cet article Version imprimable


Burkina : Le régime Kaboré affronte sa première contestation d’envergure

D 30 septembre 2018     H 17:26     A Toute info     C 0 messages


Ouagadougou, 29 sept. 2018 (AIB)-De nombreux militants de l’Opposition politique burkinabè, ont marché samedi à Ouagadougou, pour dénoncer la "mauvaise gestion du pays", une première marche d’envergure contre le régime Kaboré, aux affaires depuis décembre 2015.

Suite à l’appel de l’opposition politique à manifester contre ce qu’elle qualifie de "gouvernance chaotique", les protestataires se sont rassemblés sur la plus grande place de la capitale (Place de la Révolution ou Place de la Nation), avant de s’ébranler sur les artères de la ville, scandant des slogans.

« Non à la gestion chaotique du pays, non à un gouvernement mouta-mouta (mal gouvernance), non au détournements des fonds publics » pouvait-on entendre.

La marche-meeting de l’opposition vise à protester contre « la gouvernance chaotique de notre pays, caractérisée entre autres par l’insécurité chronique, la corruption à outrance, la vie chère, le chômage des jeunes, la crise du logement et les atteintes aux libertés , a indiqué Zéphirin Diabré.

« Le territoire est envahi et menacée et en face de cela ils sont dans des tâtonnements », a ajouté le Chef de file de l’opposition politique burkinabè.

Malgré l’union sacrée (contre le terrorisme), précise -t-il, « nous allons situer les responsabilités et dire haut et fort que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir) et ses alliés ont lamentablement échoué à garantir la sécurité des Burkinabè ».

Pour ce faire l’opposition demande au président du Faso Roch Marc Christian Kaboré « de prendre un décret pour limoger les deux ministres en charge de la Défense et de la Sécurité ».

« Nous voulons des équipements pour les Forces de défense et de sécurité, des moyens pour les services de renseignement, une grande solidarité avec le peuple et les orphelins des victimes »,a-t-il souhaité.

Pour le porte-parole des Organisations de la société civile (OSC), Siaka Coulibaly, la présente marche-meeting est plus que nécessaire car au plan économique et social la circulation des liquidités est(…) est au plus bas.

Aussi, « les revenus du secteur informel qui occupe 70% de l’économie burkinabè sont en chute libre », a-t-il ajouté.

La toute première marche de l’opposition, a averti M.Diabré, constitue le point de départ pour obliger le pouvoir à changer sa manière de gouverner.

On rappelle qu’avant cette marche-meeting, l’opposition a organisé un meeting le 29 avril 2018 à la Maison du peuple (Ouagadougou), où elle avait formulé des griefs contre le pouvoir en cinq axes.

Agence d’Information du Burkina

Photos : Amidou Kabré / TOUTEINFO.COM

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document