RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


7e conseil syndical de la CGT-B : le renforcement organisationnel des structures en vue

D 31 octobre 2018     H 12:59     A Toute info     C 0 messages


La confédération Générale des Travailleurs du Burkina a tenu les 27 ,28 et 29 octobre son septième conseil syndical Ordinaire à Ouagadougou. La tenue de cette instance s’articule avec la commémoration du 30e anniversaire de la CGT-B .Ce fut l’occasion pour la confédération de faire le bilan de ses activités et de voir les perspectives.

Trois jours durant, l’instance du conseil syndical ordinaire a réuni 270 délégués de l’ensemble des onze unions régionales, des deux fédérations, des dix syndicats professionnels et des deux coordinations CGT-B que compte la centrale. Ce conseil a été ponctué par plusieurs activités. Une conférence dont le thème est : « La CGTB : 30 ans de vie et de pratique du syndicalisme révolutionnaire de lutte de classes : bilan et perspectives » a été organisée à l’intention des conseillers. Pour ces derniers, cette activité a été un moment de riche enseignement et a servi à revisiter les grands moments de lutte pour la création du courant du syndicalisme révolutionnaire de lutte des classes au Burkina Faso.

Le regard interne de la confédération 30 ans après

L’analyse interne a permis aux conseillers de discuter de certaines questions relatives aux finances de la centrale, à la tenue des instances, à l’école démocratique et populaire(EDP),à la violation des libertés et d’amender la plateforme revendicative générale. C’est ainsi que plusieurs acquis sont à noter entre autres la fidélité à l’orientation de la centrale, la vitalité des structures de la centrale sur le terrain de la lutte, le fonctionnement des bureaux, la tenue des instances.
Comme insuffisance, le conseil note un faible niveau de conscience politique et syndicale chez nombre de militants dû en grande partie au rajeunissement et l’élargissement de la base, l’insuffisance de la formation politique et syndicale, les difficultés dans le recouvrement et dans le renversement des cotisations.

Des perspectives pour mieux défendre ses intérêts

Pour les intérêts matériels et moraux du monde du travail et l’émancipation du peuple, la confédération a décidé de renforcement sur le plan organisationnel des structures, de l’élaboration des plans de formations et politique des militants, de l’amélioration des recouvrements des cotisations et de la vie démocratique au sein des structures.
Les institutions financières internationales pointées du doigt à ce conseil
Pour l’instance, le Burkina Faso a mal à son économie et cela est lié au diktat des institutions financières et à la complexité du pouvoir MPP tels le FMI et la Banque mondiale à travers l’application des programmes d’ajustement structurels dont le PNDES est une variante.
Plusieurs délégations venues de la sous-région ouest africaine et de la France ont pris part à ce conseil. « M’appuyant sur l’ambiance empreinte de franche camaraderie qui a caractérisé les trois jours de travaux, expression d’un engagement renouvelé des délégués à poursuivre la mise en œuvre des recommandations a conclu Basolma Bazié secrétaire général de la CGT-B.

Camille Baki

.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document