RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


MEURTRES A YIRGOU : le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés réclame justice

D 12 janvier 2019     H 16:19     A TOUTE INFO     C 0 messages


« Je suis Yirgou. Plus jamais de Yirgou au Burkina Faso ». Ce sont entre autres slogans que le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC) a scandé ce samedi 12 janvier 2019 à la place de la nation de Ouagadougou. Dix jours après les tueries dans cette localité de la région du centre-nord, une marche meeting a été organisée pour dire non à cette bavure et prôner le vivre ensemble dans un climat d’harmonie.

« Le Burkina Faso n’a pas d’ethnie, le Burkina a des Burkinabè » a affirmé Daouda Diallo, porte-parole du collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés(CISC) .Telle est aussi la profession de foi de tous les intervenants à la tribune de la marche meeting ce samedi 12 janvier 2019. Sortie nombreux pour répondre à l’appel du CISC, la foule main levée par moment et en silence partira de la place de la nation en passant par l’hôtel de ville et le palais de justice pour se retrouver à la place de la nation où a lieu le meeting. Dans la foulée l’on pouvait voir des représentants de partis politiques, des organisations de la société civile et des chefs coutumiers, venus dire non aux violences meurtrières commises sur le Chef de village de Yirgou, sa famille et les populations peulhs de la même localité.

Yirgou continue de compter ses morts

Depuis les violences meurtrières de Yirgou, les chiffres fusent de part et d’autres. Si selon le bilan actualisé du gouvernement, il y a eu 49 morts, le porte-parole du collectif confie que le drame a fait à ce jour environ 70 morts et 6000 déplacés. On enregistre aussi des déplacés qui par ailleurs éprouvent des difficultés en terme de logements, d’alimentation, etc.

L’amour du prochain pour un mieux-être

Les artistes ne sont pas restés en marge de cette sortie publique du collectif, car convaincus que la musique a cette vocation d’éduquer et promouvoir l’harmonie dans la société .Réunis en collectif des artistes du CISC tels Diko fils, Sana Bob ,Imilo le chanceux ,Solo Dia Kabaco, Idak Bassavé ont chanté l’amour du prochain, qui pour eux est la condition sine qua non d’une nation prospère et pacifique.

Le MPP pris à partie par l’avocat des victimes

Le collectif a déploré la réaction tardive des autorités notamment du président du Faso qui a mis du temps avant de se rendre au lieu du drame, alors que la gravité de la situation nécessitait une prompte réaction.. Pour maître Ambroise Farama, Avocat des victimes « ce sont des populations abandonnées à elles-mêmes et des forces de défense et de sécurité qui sont décorées constamment à titre posthume. » Cela est déplorable et les promesses faites par le pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ne semblent pas répondre aux aspirations du peuple. Mais pour ce dernier, le pire est que jusque là, personne n’a été mis aux arrêts suite aux massacres de Yirgou.

Camille Baki

TOUTEINFO.COM

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document