RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


Ouagadougou : des élèves dans la rue pour réclamer la normalisation de l’année scolaire

D 23 janvier 2019     H 11:34     A TOUTE INFO     C 0 messages


Il est 8 heures ce matin. La route nationale n°1 reliant Ouagadougou à Bobo Dioulasso est barrée. Des élèves de lycées de la ville de Ouagadougou disent exprimer leur mécontentement en refoulant tout usager qui viendrait des deux côtés de l’échangeur de l’Ouest . Motifs, ils demandent la reprise des évaluations suspendues depuis octobre et le dépôt de leur dossiers d’examen.

C’est inédit, mais, voilà encore. Les élèves sont encore montés au créneau ce matin. Ils ont barricadé la route nationale RN1, la plus grande voie reliant la capitale politique à celle économique du Burkina à savoir Ouagadougou et Bobo Dioulasso.
Lorsque nous arrivions sur les lieux, le constat est palpable. Chaque usager déviant dans les six mètres par mesure de sécurité face à des élèves, sacs au dos visiblement remontés contre l’autorité.

Que réclament les élèves manifestants ?

C’est « une grève, une protestation ». Nous confie une élève parmi les manifestants. Elle explique que plusieurs établissements dont le lycée Song-Taaba, le lycée Mixte de Gounghin et bien d’autres sont dans la danse.
Un autre élève, quant à lui précise que ce mouvement se justifie par l’arrêt des évaluations depuis le premier trimestre dans les écoles, mettant élèves et parents d’élèves dans l’embarras. « Nous ne voulons pas d’année scolaire blanche .Nos dossiers d’examens depuis longtemps n’ont pas été déposés », lance-t-il.

En attendant, ce sont plusieurs travailleurs qui seront empêchés de rejoindre leur service à l’heure car la situation reste tendue.

Un camion de la CRS dans le filet des élèves

Des barricades par des bois, des motos accueillent chaque usager de la voie .Un camion de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) en mission est tombée sur la foule des élèves protestataires. Après âpres discussions pour demander le passage, les élèves donnent enfin l’autorisation. Mais ça ne sera le même sort pour les autres usagers. Certains plus malins négocieront pour pousser leurs engins afin de pouvoir franchir le cordon dressé par les élèves le long de la voie.

Cette énième sortie s’annonce comme un accueil, non pas chaleureux mais chaud du premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré, nommé il y a deux jours. Notons que le Syndicat national de l’éducation avait appelé au boycott des compositions et devoirs du premier trimestre. Mais tout devrait s’accélérer avec les promesses du gouvernement de résoudre son contentieux avec le corps enseignant.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document