RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Décès accidentel de l’élève Sylvie Moyenga par un camion de la mairie : « Je n’ai pas pu retenir mes larmes » (le maire Armand Pierre Beouindé)}}

D 6 mai 2019     H 22:35     A Alain Yaméogo     C 0 messages


Le 03 mai 2019, un camion appartenant à la commune de Ouagadougou a fauché l’élève du lycée technique national ex LTO (Lycée technique de Ouagadougou) Sylvie Moyenga. Alors que les gros camions sont interdits en agglomération aux heures de pointe, ce décès est le deuxième du genre qui s’est produit en l’espace de deux semaines dans la capitale. Pour ce faire, les élèves du lycée technique national sous la bannière de la CONEF (Coordination des Élèves du Faso ) sont descendus à la mairie de Ouagadougou le lundi 06 mai pour interpeller les autorités communales et en particulier le maire de la ville Armand Pierre Beouindé.

Arrivés à l’hôtel de ville dès 9H 45, la mobilisation des élèves était de taille pour signifier au maire leur mécontentement. Quelques temps après, une autre vague non moins importante d’élèves va rejoindre le groupe et la tension commence à monter. Le blocage de l’axe de la mairie est rapidement entrepris par quelques élèves, mais le calme regagne sitôt la masse.

Après échanges avec les représentants des élèves et surtout avec le délégué général du lycée technique, Wendpouiré Mohamed Zida, et sous l’initiative du maire, les élèves seront invités à rejoindre la salle de conférence de la mairie principale. Là, les élèves ont posé leurs préoccupations et ont adressé une pétition au bourgmestre .Dans cette pétition ,les élèves sont revenus sur l’accident malheureux qui a emporté leur camarade le 03 mai .Le hic ,également dans cette affaire est que la mairie est chargée non seulement de la sécurité et la mobilité urbaine ,mais paradoxe ,c’est que c’est un gros porteur de la mairie qui a fauché Mlle Moyenga à l’affection de tous ses camarades .Tout en insistant de faire respecter les textes interdisant les gros porteurs à rouler en agglomération aux heure de pointe ,les élèves ont souhaité que le maire prennent ses responsabilités pour une justice à leur camarade et que cela ne se reproduise plus jamais .

Le maire, prenant la parole, a d’abord demandé une minute de silence en hommage à Silvie Moyenga et Antonio Rachid Sawadogo, lui aussi, élève (collège Jean Batiste de la Salle) et tué par accident le 23 avril dernier.
« La situation n’est pas facile », « Vous nous interpeller sur nos responsabilités », « la situation est grave », « notre cœur a saigné »,par ces mots le maire Armand Pierre Beouindé plante le décor pour répondre aux préoccupation des élèves .Pour lui ,il est de plein droit que la mairie soit la garante de la sécurité et de la mobilité urbaine .Il sort d’ailleurs une brochure de son programme d’activités sur la mairie auxquelles ,il dit inscrire la mobilité urbaine ,la sécurité urbaine et l’environnement urbain dans ses priorités. Tout en reconnaissant une part de responsabilité dans les drames cités ci-dessus, il appelle tous à respecter les règles de la circulation. Mais d’ores et déjà, il dit tout mettre en œuvre pour que le texte sur les gros camions entre en vigueur d’ici juin.

Dans le récit du maire Beouindé, il dit qu’il n’a pu s’empêcher de se morfondre lors de la messe de l’élève Rachid Antonio Sawadogo, décédé le 23 avril. « A cette messe de requiem, je n’ai pas pu retenir mes larmes » a expliqué le maire aux élèves. En tout état de cause l’entrevue des élèves avec le maire dont nous avons assisté en discrétion comme élève semble avoir portée des fruits car, des selfis et une photo de famille avec le maire ont mis fin aux échanges.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document