RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Assassinat d’un prêtre et cinq fidèles à Dablo : L’opposition partage le point de vue du gouvernement sur le drame

D 15 mai 2019     H 00:00     A TOUTE INFO     C 0 messages


Le dimanche 12 mai 2019, un prêtre et cinq fidèles catholiques ont été froidement abattus par des individus non encore identifiés. Cette attaque contre des officines religieuses n’est pas la première depuis l’intensification du mouvement terroriste au Sahel et au Nord du pays. Ainsi, à la suite du gouvernement et selon les mêmes termes, l’opposition pense que le but « funeste des terroristes, c’est d’attenter à la cohésion ethnico-religieuse d’antan du Burkina Faso ». L’opposition l’a fait savoir lors d’un point de presse ce mardi 14 mai à Ouagadougou.

Jusqu’à quand la fin de l’hydre du terrorisme au Burkina Faso ? En tout cas la question est bien pendante. Le Burkina Faso depuis 2015 a été victime de toutes ou presque les formes d’attaques terroristes. Après le ciblage des commissariats, des gendarmeries ou des postes de douanes causant la mort de plusieurs force de défense et de sécurité, les terroristes vont passer par la suite à l’attaque des symboles de l’Etat. Ainsi, des préfectures, des mairies en paieront le lourd tribut. Et les dégâts n’en resteront pas là car, le minage et la fibre communautaire seront utilisés par ces terroristes afin d’atteindre leur but. La dernière trouvaille, faut-il le dire, c’est sur le champ religieux : pasteurs, imams et des prêtres sont sommairement exécutés. Cette mutation du mouvement terroriste pour nombre d’analystes est de fracturer le tissu social et religieux.
Pour l’opposition politique, donnant son regard sur cette actualité, il n’est ni moins ni plus qu’un esprit maléfique qui anime les terroristes. Diviser pour mieux régner. Pour Jean Hubert Bazié, président du parti L’ESPOIR et Amadou Diemdioda Dicko de l’UPC, animateurs de la conférence « ces actes criminels visent à créer un affrontement entre les différentes couches socioreligieuses de notre pays. » Pour cela, préviennent-ils, « la situation de crise sécuritaire que nous vivons nous appelle à la vigilance, au maintien et au renforcement de la tolérance ainsi que du vivre -ensemble »
Saisissant l’occasion, l’opposition s’est prononcée sur la course-poursuite qui a eu lieu entre le directeur général de la poste Nabi Issa Coulibaly et les travailleurs de la société le 08 mai dernier. L’affaire du déclassement d’une partie de la forêt de Kua à Bobo Dioulasso pour la construction d’un Centre Hospitalier Universitaire par les autorités communales a été aussi abordée. Sur le premier, l’opposition a tout simplement déploré et condamné l’attitude des uns et des autres. Pour elle le pays est régi par des lois que chacun devrait s’y soumettre. Sans rentrer dans la polémique sur les explications des différentes parties, l’opposition « condamne toute attitude qui aurait pour conséquence d’empêcher un citoyen d’accéder à son lieu de travail. »
Pour la forêt de Kua, l’opposition dit joindre sa voix à celle des populations pour ne pas déclasser le joyau.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document






Newsletter



Météo

Compteur de visites