RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Reportages

Version imprimable de cet article Version imprimable


Emballage choquant des cigarettes : les premiers effets et les poches de résistance chez les fumeurs

D 29 juillet 2019     H 10:00     A Camille Baki     C 0 messages


Depuis le 1er juillet 2019, le marquage d’un graphique sur les emballages des cigarettes est devenu une réalité sous l’action du ministère du commerce et des parties prenantes. Une image frappante, intimidante mais aussi à vous enlever l’envie de fumer. Elle fait le tour des réseaux sociaux et les réactions vont bon train. Si cette stratégie rétracte certains, d’autres par contre font fi et continuent dans leur élan de fumer.


Selon les statistiques 7 millions de décès dans le monde soit 48 000 cas au Burkina Faso sont dus à la consommation du tabac. Des chiffres qui interpellent plus d’un sur ce fléau qui mine nos sociétés. Soucieux du bien-être et de la santé des Burkinabè, une photo est désormais imposée sur les paquetages des cigarettes. Une icône qui ne laisse personne indifférent, fumeur comme non-fumeurs.

« La clientèle a baissé »

Avec l’entrée en vigueur des images sur le paquetage, la consommation de cigarette a baissé, surtout la marque « Hamilton rouge ». Boutiquier à proximité du marché de Pissy, Mahamadi nous confie ceci : « avant les cigarettes de marque Hamilton ne pouvaient pas faire deux jours mais actuellement on va jusqu’à trois jours ». Le constat est le même chez le boutiquier Aboubacar Yarga, la cigarette ne marche plus comme avant. Pour lui la consommation a considérablement chuté. Et ce sur la marque portant l’image mais les autres marques sont bien vendues.
L’autre alternative des fumeurs
Étant entendu, que l’applicabilité de la mesure n’est pas encore effective sur toutes les marques, les fumeurs, eux se tournent vers les marques non encore concernées. « Dans ma boutique, les fumeurs s’intéressent à des marques comme Craven, Excellence et Oris » nous souffle Mahamadi. C’est une manière pour les consommateurs de tabac de se protéger contre l’image.

« Ce graphique ne saurait briser notre élan de fumer »
Venus chez le boutiquier Aboubacar, pour se procurer deux « fall » dans leur jargon c’est-à-dire deux bâtons de cigarettes, ce fumeur qui a voulu l’anonymat, dit être imperturbable face cette nouvelle donne. « Cela ne me fait pas peur » affirme-t-il et de renchérir en ces termes : « de toutes les façons nous allons tous mourir ». Pour d’autres fumeurs en aucun cas la cigarette ne saurait provoquer une tumeur de cette portée telle représentée sur les paquets. Pour Pierre Sawadogo mécanicien, une image ne peut pas les empêcher de fumer. « Moi particulièrement je suis dans une volonté d’arrêter de fumer car je suis conscient que je dépense plus d’argent dans la cigarette que dans ma restauration ». « Même le dessin d’un cadavre ne nous fera pas peur ». a –t-il soutenu. Mais à Pierre Sawadogo d’ajouter qu’il compte sur la providence divine pour arrêter de fumer. En attendant ce secours divin, c’est un Pierre que nous quittons en plein consommation d’une cigarette.

Camille BAKI

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document