RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’initiative « Faisons un Geste » au chevet des déplacés

D 2 août 2019     H 14:22     A Camille Baki     C 0 messages


« Faisons un Geste » est une initiative de plusieurs associations de la société civile pour venir à bout du calvaire des personnes déplacées au Burkina. Se voulant une action de solidarité nationale, l’action dite humanitaire a pris son envol hier et ce au cours de sa présentation aux hommes de médias. Réunis dans la salle Henri Sedgo du centre national de presse Norbert Zongo (CNPNZ), les initiateurs affirment que les premiers humanitaires ce sont les citoyens eux-mêmes.

Visages graves, scrutant l’horizon, regard hagard, des refugiés sans abris, des enfants en haillon ; exposés aux intempéries tel est le portrait des déplacés liés à l’insécurité au Burkina présenté par l’initiative « Faisons un Geste » dans les vidéos réalisées dans certains sites de déplacés. Face à cette misère et la vulnérable vie, la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) veut sauver et préserver la dignité et l’honneur de ces burkinabè.

« Faisons un Geste » pour soulager les réfugiés

Cette trouvaille de la société civile à travers l’action humanitaire citoyenne se traduira par une collecte de fonds et de besoins nécessaires en faveur des déplacés. « Nous voulons contribuer à apporter un peu de réconfort à nos frères et sœurs qui ont fui leur maisons, leurs villages » soutiennent Me Alidou Ouedraogo président de la CODEL et ses camarades.

L’État est interpellé sur ses rôles régaliens

La situation est d’autant plus préoccupante, qu’urgence s’impose car 250000 burkinabè ont fui leurs villages où est enterré leur placenta. La CODEL jouera sa part de colibri dira Luc Damiba, mais il appartient au gouvernement de s’engager plus. Les libertés et les droits des populations doivent être garantis par l’État. Les conférenciers invitent donc le gouvernement à faire plus et mieux. Car avoir à manger, avoir de l’eau, se vêtir, se loger sont des droits essentiels pour vivre dignement .Les populations déplacées manquent de tout ça décrient-ils.

Une initiative qui trouve déjà échos

En pleine conférence, les burkinabè font parler leur cœur. Des dons de diverses natures ; vivres, de quoi se vêtir pour le bonheur des réfugiés. Abdoulaye Diallo du centre national de presse Norbert Zongo se réjouit de ces actions concrètes.

A chacun sa part de colibri

« Je fais ma part, tu fais ta part, et nous faisons notre part et dans un même élan si nous apportons notre part, nous finirons par éteindre le feu et vivre l’harmonie dans la maison Burkina Faso » foi des concepteurs de « Faisons un Geste ».

Camille BAKI

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document