RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Manifestation du 16 septembre : « elle aura bel et bien lieu » Bassolma Bazié

D 10 septembre 2019     H 12:29     A Alain Yaméogo     C 0 messages


Il n’y a aucune inquiétude à se faire. L’Unité d’Action Syndicale (UAS) et les cosignataires de la marche-meeting du 16 septembre 2019 sont sereins. C’est l’essentiel du message de clarification et d’assurance que l’UAS et les organisations de la société civile ont donné le 10 septembre à Ouagadougou au cours d’un point de presse. « La manifestation du 16 septembre aura bel et bien lieu »



La note fait actuellement grand bruit. Une correspondance du gouvernement qui circulait interdisant la marche des syndicats pour le 16 septembre 2019. En rappel ,l’Unité d’Action Syndicale UAS et plusieurs organisations de la société civile ont annoncée battre le pavé suivi d’une grève générale de 24 h sur toute l’étendue du territoire pour protester les maux de la société .Dans la plateforme revendicative minimale ,peut-on retenir le respect pur et simple des engagements du gouvernent vis-à-vis des travailleurs ,l’arrêt du gouvernement de la remise en cause des libertés démocratiques et syndicales, la question sécuritaire ,les déplacés internes et le départ des bases militaires étrangères du Burkina.

Pour le président du mois des centrales syndicales, Bassolma Bazié la marche du 16 septembre est entièrement légale et pour rien au monde elle devrait être annulée pour quelque décision que ce soit. Réagissant ainsi à la correspondance du gouvernement qui dit interdire la marche pour non-conformité avec les dispositions légales, Basolma Bazié s’inscrit en faux sur le délai de 15 jours évoqué pour un préavis de grève. « C’est la loi 45-60 portant règlementation du droit de grèves des fonctionnaires et agent de l’Etat » qu’on se réfère. Ainsi un délai de 15 jours francs est requis pour les fonctionnaires des corps supérieurs de l’Etat c’est-à-dire les ministres, les secrétaires généraux, les gouverneurs … s’explique-t-il. 10 jours francs pour les fonctionnaires et agents occupant des emplois de sécurité physique de personnes, l’état du matériel, les installations et la conservation du patrimoine national. Et Enfin la loi régissant le droit de grève des fonctionnaires et agents de l’Etat à son alinéa 3 autorise cinq jours francs aux agents autres que cités au paragraphe 1 et 2. C’est donc le dernier alinéa qui est concerné par le présent préavis de grève et de manifestation. Pour lui, il n’y a rien à cirer. Et surtout c’est le gouvernement qui fait des mauvaises lectures dans ces écrits et correspondances .En clair les conférenciers se demandent pourquoi l’Etat peut-il avec tous ses conseillers, juges et psychologue à sa disposition méprendre les textes du pays.

Au-delà de la légalité prise par les syndicats pour la marche, le 16 septembre est une date historique marquant le 4e anniversaire de l’échec du putsch de 2015 .De plus, les revendications posées par ceux-ci sont si légitimes selon Bassolma que personne ne peut empêcher la tenue de la manifestation qui d’ailleurs est un signal d’avertissement à l’Etat pour prendre ses responsabilités.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document