RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Tension des affectations/MENAPLN : On ne va « rien suspendre » (ministre Ouaro)

D 19 septembre 2019     H 21:00     A Alain Yaméogo     C 0 messages


A l’orée de la rentrée scolaire et académique 2019-2020, le ministre de l’Education Nationale et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN) Stanislas Ouaro a animé un point de presse en compagnie de son collègue ministre en charge de la communication Remi Fulgance Dandjinou sur la situation nationale. Face à la presse le 19 septembre à Ouagadougou, le ministre est revenu sur la situation sécuritaire qui affecté le système éducatif et annoncé des mesures à même de donner une chance à tous les enfants burkinabè de poursuivre leur cursus scolaire. La vive polémique des affectations au sein de son département entre les différentes parties n’a pas été occultée.


Le tableau 2018-2019 de l’année scolaire a été sombre pour quatre régions burkinabè en proie aux attaques terroristes. En témoigne la session spéciale des examens qui a été organisés pour les élèves affectés par ce fléa "A la date du 21 juin 2019 nous dénombrons 2152 écoles primaires qui ont fermées temporairement au moins une fois pour raison d’insécurité" affirme le ministre Ouaro. En conséquence, 296 757 élèves ont été victimes de ces fermetures dont la région de l’Est, du Centre-Est, du Nord et la Boucle du Mouhoun en l’occurrence. Outre cela 192 établissements ont aussi subi ce terrible décompte portant au total 2 344 établissements fermés.

Pour le ministre de l’éducation Stanislas Ouaro le gouvernement met tous les moyens en œuvre pour atténuer cette difficulté que connaissent ces zones. En clair, explique-t-il des recours à des examens spéciaux ont été faits pour évaluer les candidats aux examens des quatre régions touchées par le terrorisme. C’est essentiellement les examens du Certificat d’Etude Primaire(CEP), le Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) et le Baccalauréat auquel les différents candidats se sont mesuré les niveaux après des cours intensifs regroupés. Les résultats pour le ministre sont satisfaisants.72 ,08% notamment des candidats ont réussi leur examen du CEPE sur les quatre régions, 31,60 % au BEPC .Même si on enregistre malheureusement aucun admis à l’examen du Baccalauréat le ministre en charge de l’education se réjoui car les « examens spéciaux ont permis à 1066 élèves d’avoir leur diplôme de fin de cycle »

Sur la vive polémique des affectations entre le ministère et les travailleurs de l’éducationnelle ,le ministre se veut catégorique .La machine a déjà été enclenchée et il faut qu’elle aille jusqu’au bout. Certains syndicats se sont retirés du processus de redéploiement des enseignants et demandent la suspension des travaux d’affection. "Nous n’allons rien suspendre" explique le ministre. Pour ce dernier, au-delà des critiques formulées par certains syndicats, le processus sur les affectations fait suite aux recommandations de l’enquête parlementaire sur le système éducatif. C’est donc au total 10 079 enseignants du préscolaire et du primaire et 1338 professeurs du post primaire qui sont concernés par ces affectations.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document