RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Journées anti-impérialistes : La délégation française mobilisée ,contre Barkhane

D 14 octobre 2019     H 07:38     A Alain Yaméogo     C 0 messages


Les 4e journées anti-impérialistes se sont déroulées les 10,11 et 12 octobre 2019 à Ouagadougou .Pour cette édition, la préoccupation centrale était une invite au départ pur et simple des bases militaires étrangères en Afrique en particulier dans les zones en conflit terroriste. Les délégations venues de France, du Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Ghana ont réaffirmé aux côtés de la société civile burkinabè leur union sacrée pour vaincre l’impérialisme sous toutes ses formes.


C’est la bourse du Travail de Ouagadougou qui a servi de point focal à la clôture de la 4 e journée anti-impérialiste. Au cours d’un meeting de toutes les vérités, les organisateurs ne se sont pas fait prier d’évoquer tous les sujets qui font l’actualité tant au niveau national qu’international. A juste titre, les tentatives de musellement de la société civile au Mali, au Niger et en Côte d’Ivoire a été dénoncée. En effet, la marche qui était prévue à l’occasion de ces 4e journées anti- impérialistes a été jugée inopportune et donc refusée par les autorités communales de la ville de Ouagadougou. Pour les manifestants, cet état de fait démontre une certaine peur des autorités face à un discours de vérité que veulent tenir les organisateurs. De plus, au même moment que la mairie refuse la marche pour dire non aux bases militaires étrangères en Afrique, d’autres marcheurs obtiennent le libre cours de manifester.

L’impérialisme est loin d’être mort. Pour Chrysogène Zougmoré président du Mouvement Burkinabè des Droits des Hommes et des Peuples (MBDHP) lisant la déclaration de Ouagadougou, les puissances occidentales notamment les Etats-Unis, la France usent par tous les moyens pour dominer les peuples d’Afrique en complicité avec des ‘’valets locaux’’ que sont les dirigeants africains. En outre, « à la tête des néo colonies d’Afrique, se trouvent des élites complices et prédatrices. Elles travaillent sous la houlette des officines impérialistes que sont la Banque Mondiale et le Fonds monétaire International (FMI) contre les intérêts de leur peuple », déclare-t-il .Cela est la conséquence directe de la crise sécuritaire marquée par les attaques terroristes sans précédant dans la bande Sahélo Sahélienne avec tous ses corollaires de dégâts.

Pour ce faire et puisque la présence de l’armée française (Barkhane) en l’occurrence au Mali n’a pu résoudre le problème du terrorisme, les manifestants ont demandé le départ sans délai de toutes les armées étrangères sur le continent car disent-ils, elles sont toutes, le symbole du néocolonialisme occidental.
Pour faire face au terrorisme, l’organisation des différentes couches sociales s’avère impérieuse. Car, le Vietnam n’a pas vaincu l’armée américaine du fait du poids de son armée mais de l’organisation de son peuple lance Salif Nignan, un des organisateurs du meeting. Aussi, l’Algérie a triomphé de la France par la solidarité du peuple algérien à prendre son propre destin en main. Ainsi nul ne peut mieux prendre en charge sa sécurité que soit même. Ces journées anti-impérialistes ont donc tenu leur pari car pour toutes les délégations, le front commun contre l’impérialisme est un impératif pour tous.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document