RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mali : la CEDEAO prévoit de sanctionner toutes nouvelles manifestations

D 27 juillet 2020     H 19:00     A ALAIN YAMEOGO     C 0 messages



Sommet extraordinaire des chefs d’État de la CEDEAO : de fortes recommandations pour une sortie de crise au Mali
- mise en place d’un gouvernement d’union nationale ;
- démission immédiate des 31 députés dont l’élection est contestée y compris le président du Parlement ;
- sanctions contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation.

(Ouagadougou, 27 juillet 2020). Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont clos cet après-midi les travaux du sommet extraordinaire sur la crise sociopolitique au Mali. Ils ont formulé des recommandations et appelé à leur mise en œuvre au plus tard le 31 juillet 2020.
Dans son discours de clôture, le président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO, Mahamadou Issoufou, président du Niger, a détaillé les recommandations de la communauté pour résoudre la crise malienne.
Roch Marc Christian Kaboré et ses pairs ont proposé, entre autres, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, la démission des 31 députés dont l’élection est contestée, la mise en place d’une nouvelle Cour constitutionnelle, d’une commission d’enquête sur les violences des 10, 11 et 12 juillet, d’un comité de suivi des mesures sous la présidence de la CEDEAO. Des sanctions contre tous ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise ont été également proposées.
Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a insisté les aspects pratiques et le timing de mise en œuvre de toutes ces recommandations, a expliqué le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Alpha Barry, à l’issue du sommet. « Les chefs d’Etat ont dit qu’il faut de la fermeté, mais il faut qu’il y ait des passerelles de dialogue pour qu’on puisse trouver des solutions consensuelles. Le mot consensuel était le terme cher au président du Faso pendant ce sommet » a aussi déclaré le chef de la diplomatie burkinabè.
En attendant la formation du gouvernement d’union nationale préconisé, les chefs d’Etat ont demandé la nomination des ministres dans les départements de souveraineté que sont : la justice, la défense, les affaires étrangères, la sécurité intérieure et les finances. « Notre souhait, c’est de voir ces différentes propositions rencontrer l’agrément des parties prenantes de la situation au Mali », a déclaré le président Mahamadou Issoufou.
Il a réitéré l’engagement des chefs d’Etat et des peuples de la CEDEAO, à promouvoir la paix et la stabilité au Mali. Le président Issoufou a aussi réaffirmé la disponibilité de l’organisation régionale aux côtés du Mali.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document






Newsletter



Météo

Compteur de visites