RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Présidentielle :"le vote n’est pas la solution"Almamy KJ

D 16 novembre 2020     H 11:40     A ALAIN YAMEOGO     C 0 messages


Pendant que tout est fin prêt pour que les Burkinabè se rendent dans les urnes le 22 novembre pour choisir leur nouveau président, l’artiste musicien engagé reggea maker Almamy KJ, par ailleurs secrétaire général du Syndicat National des Musiciens du Burkina SYNAMUB appelle la masse à s’abstenir de ces élections. Pour lui le vote n’est aucunement la solution aux préoccupations actuelles des Burkinabè. En tout cas pas dans ces conditions insiste l’artiste. Dans un long entretien accordé à TOUTE INFO www.touteinfo.com le 15 novembre 2020, Almamy KJ connu pour son franc-parler déballe arguments après arguments, les raisons pour lesquelles les Burkinabè devraient se démarquer du scrutin et surtout s’organiser pour une révolution, seule issue pour une indépendance véritable. Lisez plutôt.

TOUTE INFO : Votre actualité c’est la sortie de votre nouvel opus baptisé élections « Wouya Wouya », alors quel est le message que vous véhiculer à travers ce titre ?


Almamy KJ
 : Nous avons sortis un single avec l’ami Dicko Fils pour dire aux populations de faire attention à ces vendeurs d’illusion qui pendant les campagnes électorales promettent ciel et terre aux populations qui en fin de compte leur servent une misère noire sans précédent. Pendant ces périodes, ils disent tout le monde aura du boulot, tout le monde aura de l’eau, le manger sera cadeau et finalement le peuple finit par se rendre compte que ce n’était que des mensonges, de l’illusion qui leur avaient été vendus. Cette chanson est une chanson d’éveil qui vient dire aux masses de faire attention à ces politicards qui en réalité ne sont là que pour des ambitions électoralistes néocolonialistes, pour encore liquider nos populations.
Nous faisons pratiquement près de 60 ans d’électoralisme, près de 60 ans que les élections s’organisent dans notre pays. Si on doit sortir un bilan en clair, c’est un échec total. Les populations vivent une désillusion sans précédent, il n’y a pas d’eau potable, il n’y a pas de courant. Les produits de première nécessité ne sont pas accessibles. Et ce qui est encore dangereux c’est que nous assistons à une révocation des travailleurs comme si on était à l’antiquité.

TOUTE INFO  : A vous entendre est-ce à dire que les élections n’ont pas de sens au Burkina Faso actuellement ?

Almamy KJ : Dans la chanson je dis clairement que je ne me fais pas d’illusions sur la portée des élections surtout dans ces conditions. C’est pour dire que ce sont des moments de prédilections pour les traitres à la nation pour mener les populations à la désillusion. Pour des élections qui sont organisées par la France et l’Union européenne, ne pensez pas qu’ils aiment nos beaux yeux ! Ils organisent ces élections pour choisir les présidents qu’ils auront à choisir.

Je prends l’exemple de la France en 2015, quand François Hollande a rencontré Roch Marc Christian Kaboré et Zéphirin Diabré pour leur dire que nous voulons discuter avec vous et donner notre point de vue. Mais en fin de compte François Hollande disait que la France a fait son choix et c’était Roch Marc Christian Kaboré. C’est dire que les Chefs d’Etat sont choisis par la France pour venir encore défendre les intérêts de l’impérialisme français. Aujourd’hui tout a été liquidé par nos dirigeants. L’électricité c’est pratiquement EdF, pour les entreprises de construction c’est Buig qui appartient à la France, le chemin de fer c’est Bolloré, la Brasserie c’est Pierre Castel, et ainsi de suite. Donc vous conviendrez avec moi que ce sont des valets locaux qui viennent encore pour satisfaire les sales besognes de la France. Et nous en tant qu’artiste qui portons un certain éveil ,nous nous devons de dire la vérité et rien que la vérité aux populations.

Quand j’ai essayé, moi Almamy KJ en tant qu’artiste musicien, de parcourir les programmes des différents candidats, il n’y a aucun qui propose un programme qui puisse aller dans les intérêts des populations. Aucun candidat n’est prêt à dire non aux bases militaires étrangères qui sont dans notre pays. Les Américains depuis 2010 ont un centre d’écoute au Burkina Faso. Ils écoutent tout ce que les Burkinabè font même nos intimités avec nos femmes. Ils sont au courant de tout à cause de ce centre d’écoute. Aucun candidat ne dit mettre fin à cela. Et moi en tant qu’artiste engagé c’est de prendre position pour la veuve et l’orphelin pour dénoncer tout cela.
Chez les populations aujourd’hui l’engouement pour le vote n’existe pas. Pas parce qu’elles ne veulent pas voter mais parce qu’elles n’ont plus confiance. Il y a également le jeu d’alliance qui fait que les jeunes ne veulent plus voter. En 2015 il y a des gens qui ont donné leurs voix à certains candidats qui sont allés vendre leurs voix au parti au pouvoir. En 2015 on a vécu le même scénario qu’en 1992. Un jeune Bakary ou Jean-Pierre qui a confiance à un parti X ou Y, il lui donne sa voix et après ce parti donne sa voix au parti au pouvoir au nom du manger et du boire, il y a forcément problème. Ce qui me fait dire que le vote n’est pas la solution pour libérer les Burkinabè. Quand je prends l’exemple de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2015 qui a démontré à notre peuple qu’il peut bel et bien prendre son avenir en main. Et moi j’ai fois en cette chose, les grandes révolutions se fassent dans la rue et non pas dans les urnes. Et si par le vote les choses doivent arriver, ce n’est pas le vote dans ces conditions où les commissaires au compte appartiennent aux partis au pouvoir.

TOUTE INFO : Vous le dites, êtes-vous sûr qu’en 2015 la France a choisi Roch Kaboré comme son candidat ? Et en 2020, la France, selon vous son choix c’est sur quel candidat ?

Almamy KJ : Ce n’est pas moi qui le dis. C’est un article de Jeune Afrique, il était écrit noir sur blanc : « de la part de François Hollande, la France a choisi son candidat et c’est Roch Marc Christian Kaboré ». Quand vous regardez c’est bel et bien clair que tous les candidats sont des candidats de l’impérialisme français parce que tous les programmes évoqués par les différents candidats ne sont que des programmes qui vont dans le sens des PAS (Programme d’ajustement structurel)

TOUTE INFO : Mais la candidate Yéli Monique Kam propose par exemple une réforme de l’éducation ?


Almamy KJ  : Tout ce qui est posé comme base de l’éducation ce sont des institutions de Breton Wood notamment des PAS qui ont privatisé l’éducation. Il n’y a pas ce candidat qui veut faire de notre éducation une éducation nationale. Et pire l’école n’est plus accessible ; 150 mille francs, 300 mille francs voire 1 million, ce n’est pas accessible au Burkinabè mais il est pour des enfants de ceux qui sont au pouvoir.
Pareil pour la santé. Ils nous ont dit que la santé allait être gratuite mais les produits qui sont gratuits ce sont les produits qu’on ne trouve pas à la pharmacie. Il faut dire que tous les candidats tournent autour des programmes d’ajustement structurel qui est leur TDR.

TOUTE INFO : Revenons un peu sur les différents programmes que vous dites ne pas être très satisfaisants pour vous. Nous avons vu Roch Marc Christian Kaboré qui promet de consolider les acquis déjà engrangés s’il est élu, Zéphirin Diabré qui parle d’une révolution agricole, Yéli Monique Kam qui dit que la base c’est l’éducation. Ce n’est quand même pas rien ?

Almamy KJ : Roch Marc Christian Kaboré en 2015 disait imposer une certaine autonomie au Burkina Faso, mais en 2018 il a reconduit une certaine signature pour la présence des bases militaires dans notre pays. C’est bel et bien un démagogue. Ce ne sont pas des gens qui disent vrai. C’est en réalité prôner le mensonge pour arriver au pouvoir et encore piller les ressources du peuple burkinabè avec la complicité de l’impérialisme. Regardez ce qui se passe avec Bolloré sur les accords pour le chemin de fer, c’est bel et bien regrettable. Roch Marc Christian Kaboré n’est pas à sa première d’autant qu’ils étaient présents à la signature des PAS en 1994. Donc ce sont les mêmes encore qui reconduisent les mêmes choses tout en faisant croire à une certaine opinion qu’ils sont là pour l’avenir du peuple burkinabè. Les gens qui sont là pour l’avenir de notre peuple ne suspendent pas les salaires des travailleurs. Voilà pourquoi je vais jusqu’à dire qu’il n’y a que des chercheurs de pouvoir pour s’enrichir au détriment du bas peuple.

TOUTE INFO  : Vous voulez dire que la solution pour les Burkinabè ce ne sont pas les élections ?

Almamy KJ : Pour le moment la solution ne viendra pas des élections. J’aime à le dire, si l’on peut me montrer l’exemple d’un seul pays dans toute l’histoire de l’humanité qui a pu s’en sortir par le biais du vote. Tous les pays que nous prenons pour exemple ont fait des luttes, de la révolution. Les Etats-Unis, l’Angleterre, la Chine avant qu’ils n’aillent à ce processus électoral il y a eu un combat de fond qui a été mené pour apurer tout le système pour mettre en place des élections indépendantes et transparentes. Quand ce sont les occidentaux qui organisent vos élections, n’attendez pas qu’ils viennent vous dire de choisir librement un Président. Et quand il y a des commissaires au compte qui ne sont ni vous, ni mes parents, ni les parents des masses, ne vous attendez pas à ce que ce vote vous soit favorable. Je le dis avec preuve à l’appui, le REN-LAC récemment a interpelé sur les fraudes électorales. Il y a bel et bien fraude électorale de la part de pratiquement tous les partis politiques. Voilà pourquoi j’ai dit que je ne me fais pas d’illusion sur ce qui est du vote surtout dans ces conditions.

TOUTE INFO  : Mais la parade c’est quoi ? Est-ce la révolution, la révolte, l’insurrection ?

Almamy KJ : J’appelle le peuple à se battre, à revendiquer ses droits pour l’amélioration de ses conditions de vie afin de passer à un changement révolutionnaire. La solution, comme je l’ai dit tantôt, tant qu’on sera dans ces conditions, elle ne viendra pas du vote mais uniquement du peuple qui l’a bien compris avec l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 ainsi qu’à la résistance au coup d’Etat du général félon Gilbert Diendéré et sa bande. Donc la solution pour le peuple burkinabè viendra du peuple lui-même. C’est ce peuple qui va chasser un jour les vendeurs d’illusions qui sont au pouvoir ainsi que leurs maitres impérialistes qui sont ceux qui entretiennent le terrorisme dans notre pays.

Jusqu’à preuve de contraire, j’attends le candidat qui viendra dire qu’il chassera les bases étrangères dans notre pays. J’attends le candidat, qui dira mettre fin au LMD dans notre pays, au franc CFA et à l’ECO, qui dira faire en sorte que l’éducation puisse tenir compte de notre contexte. J’attends le candidat qui viendra parler de rupture dans les tous domaines et viendra profiter à tous les Burkinabè dans leur ensemble.

TOUTE INFO : Selon le président Roch Marc Christian Kaboré, n’eut été le terrorisme, son programme de société pour les 5 ans a bien marché. Mais vous, quel est le bilan que vous faites de son quinquennat ?


Almamy KJ  : Le bilan du président Roch Marc Christian Kaboré est un échec total. C’est un échec en tout et pour tout. Sur le plan sécuritaire le terrorisme bat son plein. Rien qu’à côté nous avons perdu de vaillants soldats au nombre de 14 en pleine campagne électorale. Les enfants ne partent plus à l’école dans pratiquement beaucoup de ville du Burkina Faso. Sur le plan pouvoir d’achat, le Burkinabè n’arrive plus à se soigner, il n’arrive pas à aller l’école. Et si nous prenons les agriculteurs, c’est encore triste et regrettable à ce niveau. Le régime Kaboré leur a vendu des pesticides périmés aux paysans notamment aux cotonculteurs. Et pour la zone qu’on appelle le grenier du Burkina Faso, il n’y a pas un seul goudron pour que les paysans puisent transporter les produits agricoles. Je ne suis pas étonné de l’échec de ces anciens nouveaux ou nouveaux anciens dirigeants parce que les résultats qu’ils nous donnent c’est ce qu’ils nous ont tout le temps servi sous l’ère de leur mentor Compaoré.

TOUTE INFO  : Alors nous sommes pratiquement à deux semaines de la date des élections, est-ce que vous avez un candidat pour qui vous allez voter le 22 novembre 2020 ? Ou bien Almamy KJ ne votera pas ?


Almamy KJ
 : Avec les propos que j’ai entendus de part et d’autre j’appelle le peuple burkinabè à s’organiser, à lutter pour obtenir de meilleures conditions de vie pour l’avènement d’un Burkina meilleur. Je dis aux gens, le vote dans ces conditions n’est pas la solution idéale. Et ma position est assez claire, jusqu’à preuve de contraire je ne vois pas un seul candidat qui puisse aller dans le sens de mes aspirations et aussi de celles de notre peuple.

Propos recueillis par Alain YAMEOGO, Jean KAMBOU (stagiaire)

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document






Newsletter



Météo

Compteur de visites