RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


Activités parlementaires : Les USA offrent un accompagnement de 600 millions de FCFA

D 1er mars 2016     H 20:30     A Toute info     C 0 messages


. L’Assemblée nationale bénéficie d’un soutien financier du gouvernement américain. Cette somme d’un million de dollar a été remise ce lundi 29 février 2016 par l’ambassadeur TulinaboMushinghi. Après cela, Salifou Diallo a reçu en audiencesl’équipe de direction de Water-Aid et enfin une délégation du Fond Monétaire International (FMI).

Le diplomate américain a effectué une visite ce lundi 29 février 2016 au parlement burkinabè. Tulinabo Salama Mushinghi n’est pas allé les mains vides. Il a fait un don d’une valeur d’un million de dollar soit environ 600 millions de FCFA au président de l’Assemblée Nationale Salifou Diallo. Selon l’ambassadeur américain, « c’est un projet qui vise à renforcer le pouvoir législatif et la capacité des représentants sur leurs devoirs de législation et de contrôle ».

Ce projet travaillera avec la société civile en vue de promouvoir un plaidoyer « efficace » sur les problèmes essentiels et développer un lien entre les besoins des citoyens et la réponse parlementaire. Il est prévu également un volet media afin de permettre aux journalistes de suivre les travaux de l’assemblée et de faire des reportages pour informer la population et lui permettre de suivre plus étroitement les activités parlementaires.

« Nous sommes engagés à travailler avec le nouveau gouvernement pour renforcer la bonne gouvernance, la sécurité et la croissance économique et aider le gouvernement à atteindre les plus grandes aspirations du peuple Burkinabè sur les réformes », a indiqué le diplomate Tulinabo Mushinghi. Pour ce dernier, après la tenue des élections, il est temps de construire des institutions gouvernementales« fortes » qui protègent les droits des citoyens, garantissant la libre expression, respectent l’Etat de Droit, et promeuvent une société civile ‘’forte’’.

Le premier responsable du parlement a également reçu ce 29 février une délégation Ouest africaine du Fond Monétaire International (FMI). Il s’est agi d’une rencontre de prise de contact en vue de jeter les bases d’une collaboration « fructueuse » avec la nouvelle assemblée. L’objectif était surtout de féliciter le président Salifou Diallo et toutes les autorités burkinabè pour la réussite des élections démocratiques. « C’est est un exemple pour tous les pays africains et aux yeux du monde entier », a souligné Jean-Baptiste LE HEN, représentant résident du FMI. Cette marque de soutien, précise Jean-Baptiste LE HEN, pourrait être d’ordre financier ou matériel les mois à venir. Pour lui, leur rôle est de créer le dialogue et les concertations sur les questions économiques et techniques en vue d’apporter des appuis conséquents.

Bien avant cette dernière visite de la journée, le locataire de l’hémicycle a accueilli l’équipe de direction de Water-Aid. Cette visite de courtoisie a eu lieu au regard de l’engagement de la nouvelle équipe parlementaire dans le domaine de l’eau et de l’assainissement et aussi dans le cadre de la mise en œuvre du projet « accès à l’eau potable pour tous », piloté par Water-Aid. « Nous sommes venus l’encourager à poursuivre dans ce sens pour que chaque Burkinabè, même dans les endroits les plus reculés, puisse bénéficier de ce programme en eau et assainissement », a déclaré TOM Palakudiyil, directeur international des programmes Water-Aid.

Les échanges ont tourné autour de l’expérience des projets de Water-Aid déjà mis en œuvre dans 27 pays, notamment dans les Etats comme la Tanzanie, le Malawi, le Bangladesh, l’Ouganda, etc. Selon le directeur international des programmes Water-Aid, ces échanges permettront d’améliorer les programmes en enrichissant l’offre pour d’autres populations. Et la directrice Ouest africaine de Water-Aid, Mariam DEM, de renchérir en concluant qu’on « ne peut pas atteindre le développement si la question d’accès à des services de qualité tels l’eau, l’assainissement et l’hygiène n’est pas réglée ».

Sidnooma Delaforce Ouédraogo
Touteinfo.com

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document