RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


CULTURE : Pour que survivent les sites touristiques au Burkina

D 17 juin 2016     H 15:12     A Toute info     C 0 messages


Cela fait sept (07) ans que les ruines de Loropéni ont été classés patrimoine mondial de l’UNESCO. Le ministère de la culture et du tourisme inscrit cette année au titre de cet anniversaire, un panel débat ce 17 juin 2016 à Ouagadougou. Question d’appeler à une réflexion sur le devenir du tourisme et du patrimoine culturel au Burkina.

Ce panel est intitulé : « Sécurisation et valorisation des sites touristiques et culturels au Burkina Faso ».Il s’est donc agi d’appeler les différentes parties prenantes à la réflexion quant à la préservation des activités touristiques dans un contexte sécuritaire délicat. D’où le rôle prééminent des forces de défense et de sécurité.
De fait, selon la conseillère technique dudit ministère, les attentats récurrents partout dans le monde créent une psychose et freinent le développement du tourisme d’autant que les sites touristiques, comme l’illustre la destruction des mausolées au Mali et en Syrie, sont de plus en plus visés. Quant au patrimoine culturel, il est aussi menacé par les saccages et les destructions, la rupture de transmissions et aussi les dispositions pas favorables des religions révélées selon le Directeur Général du Patrimoine Culturel, Vincent Sédégo.

Lourd tribut


Selon Abdoulaye Sankara, conseiller technique au Ministère de la Culture et du Tourisme, la promotion des sites touristiques passe par la sécurité. Il en veut pour preuve le lourd tribut que le Burkina a paiyé après les attentats du 15 janvier dernier. Conduite par l’Office National du Tourisme (ONAT), près de 3000 réservations d’hôtel, 17 séminaires, neuf (09) conférences et sept(07) séminaires ont été annulés. Aussi, il ressort que seule une petite proportion des clients potentiels ont encore une opinion favorable de la destination Burkina. À ce jour ces différentes annulations ont couté plus de 800 millions à l’économie nationale.

Soumana LOURA
TOUTE INFO

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document