RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Veille citoyenne : le REN-LAC présente les résultats du suivi des projets routiers de l’État sur l’année 2020

D 28 avril 2021     H 12:28     A Jean Babehinibè KAMBOU     C 0 messages


Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a tenu le mardi 27 avril 2021 à Ouagadougou son traditionnel atelier de restitution des résultats du suivi citoyens sur les projets routiers de l’État. Des résultats du suivi de l’année 2020, il ressort qu’il y a eu des manquements dans le processus de construction des infrastructures routières tant du côté de l’État que des entreprises en charges des travaux routiers.

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), depuis 2018, en collaboration avec le Ministère des infrastructures et du désenclavement (MID) effectue chaque année un suivi citoyen sur les projets routiers de l’État. Ce suivi citoyen financé par la banque mondiale via le Projet de gouvernance économique et participation citoyenne (GEPC) « a pour objectif principal de faire en sorte que le citoyen soit mieux impliqué dans le suivi de ce qui est fait pour lui afin que les infrastructures routières et les infrastructures de 11 décembre soient de bonne qualité » a expliqué le secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo.
Cela fait trois ans maintenant que le REN-LAC fait un suivi citoyen des infrastructures routières au Burkina Faso. « Cela est parti du constat que les infrastructures construites ne sont généralement pas de qualité. Nous faisons un suivi des infrastructures des travaux routiers. Et ces dernières années nous avons ajouté les travaux du 11 décembre », a indiqué Harouna W. Ouédraogo, secrétaire adjoint à l’information et à la communication du REN-LAC. Cette initiative se veut donc être l’œil citoyen sur la qualité et la façon dont les infrastructures routières sont réalisées au Burkina Faso.

Des infrastructures qui se dégradent bien avant la réception.

Les chantiers qui ont fait l’objet de suivi en 2020 sont les infrastructures du 11 décembre dans les Cascades, la route Manga-Zabré, le tronçon Kantchari-frontière du Bénin. Si des efforts ont été faits, le Réseau national de lutte anti-corruption dit relever d’énormes insuffisances dans les processus de réalisation. « Nous avons constaté qu’il y a des manquements. Il y a certes des efforts qui sont faits mais nous avons été très souvent déçus par la qualité des infrastructures qui sont proposées ». Pour les travaux du 11 décembre 2019 dans le Centre-est, des visites de l’équipe du REN-LAC on note "plusieurs panneaux de signalisation sont à terre, un affaissement du bitume par endroit, des nids de poules, et la dégradation des dalles". Entre autres manquements observés, on note la dégradation de certaines infrastructures bien avant la réception. Comme exemple des irrégularités dans l’attribution de certains marchés, et aussi le non-respect des délais de réalisation des projets par les entreprises, la non implication des populations de base bénéficiaires dans le choix des sites des infrastructures.

Des recommandations pour des infrastructures de qualité

De fortes recommandations ont été faites par le Réseau national de lutte anticorruption à l’endroit du MID, des OSC, des entreprises. Il s’agit de recommandations visant à améliorer la qualité des infrastructures, l’implication effective des populations bénéficiaires dans le choix des sites des infrastructures. Des recommandations qui ne sont toujours prises en compte par les acteurs concernés.
Ezédine Boly, représentant du Ministère des infrastructures et du désenclavement à cet atelier et par ailleurs conseiller technique dudit ministère dit prendre acte des différentes recommandations faites à l’endroit de son ministère. Il a profité de l’occasion pour féliciter le REN-LAC pour ses actions en faveur d’une gouvernance vertueuse. « C’est un partenariat gagnant gagnant qui nous permet d’améliorer la bonne gouvernance dans nos services et de faire en sorte que nous ayons des infrastructures de qualité au bonheur de nos populations » a-t-il conclu.

A cet atelier, la question de l’infrastructure de la route passant devant l’hôpital Yalgado a été abordée. Pour ce chantier dont la fin des travaux était prévue pour le 31 décembre 2017, le REN-LAC exige qu’un audit soit fait afin de situer les responsabilités du ministère et de l’entreprise COGEB en charge de la réalisation de l’infrastructure.
Jean Babehinibè KAMBOU

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document