RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Éthiopie :"Nous ne retournerons pas tant que la liberté de l’Éthiopie n’est pas confirmée" Abiy Ahmed, lance un appel depuis le front

D 26 novembre 2021     H 20:06     A ALAIN YAMEOGO     C 0 messages



Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed est au front depuis le 24 novembre 2021.L’information a été donnée par les autorités en début de semaine dernière, laissant la responsabilité de gouverner par son adjoint vice-premier ministre.

Selon Ethiopian Agency Press, dans un article publié le 26 novembre 2021, Abiy Ahmed ne compte pas retourner dans son fauteuil tant que les rebelles tigréens et oromos , à qui, il a déclaré la guerre ne sont pas vaincus. « Nous n’y retournerons pas tant que la liberté de l’Éthiopie n’est pas confirmée » a-t-il notamment déclaré depuis le front.

Des rebelles tigréens et oromos ont lancé une offensive contre l’État Ethiopien, il y a un an .Ces rebelles qualifiés de « terroristes » par le prix Nobel de la Paix 2019, Abiy Ahmed, sont à 200 km de la capitale Addis Abeba, selon la presse internationale.
Cette avancée des rebelles a obligé le premier ministre à se mettre aux devants de l’armée, pour contrer ses opposants.

Au front des combats, le premier Ahmed rassure de sa victoire sur l’ennemi.
« L’ennemi que vous voyez derrière moi est une montagne qui tient complètement jusqu’à hier, nous l’avons fait pleurer aujourd’hui. Le moral de l’armée est très bon. La guerre continue avec une grande victoire. Nous n’y retournerons pas tant que la liberté de l’Éthiopie n’est pas confirmée » rapporte Ethiopian Agency Press.

Et de poursuivre « Ce que nous voulons, c’est voir une Éthiopie qui restera debout pendant que nous mourrons. Ce que nous voulons, c’est être éthiopien ou éthiopienne. Je suis très sûr que nous allons tous les gagner »

En rappel, la guerre du Tigré est une guerre civile qui a lieu entre le gouvernement fédéral éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré (FLPT) et l’Armée de libération oromo (ALO), depuis le 4 novembre 2020. D’abord cantonné au Tigré, le conflit s’étend à l’Oromia, l’Amhara et l’Afar.

Alain YAMEOGO

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document