RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Face à face policiers-étudiants à Bobo :"certains étudiants ont reçu des balles dans les côtes, d’autres dans les jambes" (SG ANEB)

D 17 janvier 2022     H 20:43     A ALAIN YAMEOGO     C 0 messages


L’Université Nazi Boni de Bobo Dioulasso a connu une vague de violence entre étudiants et policiers les 13 et 14 janvier 2022.Les étudiants en protestation sur leurs conditions de vie et d’étude ont croisé le fer avec la police qui les a dispersés à coup de gaz lacrymogène dans la journée du 14 janvier. Des blessés graves ont été enregistrés dans ces échauffourées coté étudiants nous a confié Souleymane Porgho, Secrétaire Général de l’Associations des Étudiants du Burkina (ANEB/section Bobo), par ailleurs membre de la coalition en lutte.


Selon Souleymane Porgho, SG de l’ANEB Bobo, la brouille entre les étudiants et les autorités universitaires est la résultante de plusieurs maux qui minent le quotidien des étudiants sur le plan social et académique. Dans la plateforme revendicative de la structure syndicale, il est notamment inscrit l’arrêt de l’exclusion massive des étudiants du à des résultats catastrophiques dans les Unités de Formations et de Recherches(UFR).Le non contingentement des allocations sociales telles que le FONER et la bourse, la mise en place d’infrastructures conséquentes et adéquates, l’équipement des salles et des laboratoires, l’amélioration du transport et le respect des libertés syndicales.

La goutte d’eau qui a débordé le vase dans ce bras de fer est l’exclusion de quatre étudiants suite à une manifestation le 10 novembre dernier au sein de l’université Nazi Boni.Si pour les autorités universitaires ,ces étudiants se sont rendus coupable « de manquement aux franchises universitaires et perturbations de l’action académique en date du 10 novembre 2021 »,les étudiants crient à la manipulation et à l’intimidation.

A en croire Souleymane Porgho, les quatre étudiants exclus pour cinq ans d’inscription dans toute université publique au Burkina n’ont rien fait de particulier. « Ils n’ont même pas cassé une brindille » dénonce-t-il.

La journée du 14 janvier 2022 a été très violente entre la police et les étudiants manifestants à l’Université Nazi Boni. Au moins sept blessés graves ont été enregistrés parmi les étudiants et pris en charge au CHU Souro SANOU. « Certains étudiants ont reçu des balles dans les côtes, d’autres dans les jambes » indique Souleymane Porgho, SG de l’ANEB Bobo.

« Les policiers ont même fait du porte à porte pour déloger les étudiants dans les cours des gens et les arrêter » poursuit-t-il.

Des pourparlers entre le ministre en charge des enseignements supérieurs et les étudiants, a néanmoins permis de prendre en charge les étudiants blessés .Les négociations sur la plateforme seraient également abordées pour une sortie de crise.

A.Y www.touteinfo.com

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document