RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Interviews

Version imprimable de cet article Version imprimable


Démission du Premier ministre : une conséquence logique de la pulperie, de la prévarication, de la concussion et de la corruption Idrissa NOGO

D 10 décembre 2021     H 15:19     A Issa ZONÉ     C 0 messages


Ce gouvernement était malheureusement peuplé de septuagénaires fossilisés dont le chef d’orchestre n’était rien d’autre que le vieux père Christophe Marie DABIRE. D’un ton ferme et excessif le leader du Mouvement des Peuples Citoyens, Idrissa NOGO apprécie la démission du Premier ministre Christophe Marie DABIRE et car elle n’est qu’une conséquence logique de la pulperie, de la prévarication, de la concussion, de la corruption des gouvernants qui viennent de tomber. La rédaction de votre site d’information www.touteinfo.com a rencontré Idrissa NOGO ce vendredi 10 décembre 2021, pour avoir son avis sur la situation actuelle du pays. Lisez plutôt.

TOUTE INFO : Bonjour monsieur NOGO et merci pour votre disponibilité et d’avoir accepté de nous accorder cet entretien. Avant tout propos nous voudrions savoir pour nos lecteurs/trices qui est Idrissa NOGO ?

Idrissa NOGO : Ben ! merci à vous pour l’honneur et la considération à mon égard. Idrissa NOGO est un journaliste/communicateur, le coordonnateur du mouvement des peuples citoyens (CMPC) un mouvement de la société civile Burkinabè.

TOUTEINFO : L’actualité actuellement est marquée par la démission du premier ministre Christophe Marie DABIRE après trois ans passés à la primature. Quelle est votre impression de cette démission ?

Idrissa NOGO : J’ai l’impression que la quasi-totalité des Burkinabè ont un problème parce qu’ils s’accrochent le plus souvent à l’ombre et ils laissent la proie. Les Burkinabè en général aiment s’accrocher aux conséquences et ils fuient la cause. La démission du Premier ministre Christophe Marie DABIRE n’est qu’une conséquence logique de la pulperie, de prévarication, de la concussion, de la corruption des gouvernants qui viennent de tomber. Donc, c’est une très bonne chose comme on le dit il aurait fallu que le drame de Inata arrive pour que l’on puisse comprendre que l’on a affaire à un gouvernement incompétent qui est en réalité un gouvernement de dormeurs. Ce gouvernement était malheureusement peuplé de septuagénaires fossilisés dont le chef d’orchestre n’était rien d’autre que le vieux père Christophe Marie DABIRE. Donc, il fallait les balayer et c’est fait. Je suis très content et je pense que le Président Roch Marc Christian KABORE va tirer leçon de cela et former un gouvernement resserré comme il le dit. Mais bien avant, il faudrait qu’il nous explique clairement ce que c’est un gouvernement resserré. Ce qui me conforte à dire que le gouvernement passé n’était pas un gouvernement resserré et que mais un gouvernernent desserrer qui flottait.

TOUTEINFO : selon vous est-ce que le premier ministre était dépassé par les événementsactuels du Burkina Faso ?

Idrissa NOGO : Il n’était pas dépassé par aucun événement et d’ailleurs, il n’a même pas d’événement en face de lui et autour de lui. Je dis simplement que c’était un gouvernement peuplé de septuagénaires qui ont perdu leurs facultés intellectuelles et mentales. C’est un monsieur qui avait son passé et son futur dans le passé et qui est investi à porter l’avenir et la destinée du Burkina Faso. C’était clair que cela ne pas pouvait pas aller.

TOUTEINFO : Un premier ministre sera bientôt nommé. Déjà selon-vous quelles sont les compétences requises pour la nomination de ce nouveau premier ministre ? quelle est le portrait que vous faites de ce premier ministre ?

Idrissa NOGO : Je ne suis ni un magicien ni un charlatan, j’attends sa décision comme tout le monde. Il connait la maladie c’est à lui de savoir administrer le médicament qu’il faut. Aujourd’hui, nous sommes dans une logique de conséquence qui est là mais la cause les gens ne s’en préoccupent pas. Et la cause c’est le laxisme, la corruption, le mépris du gouvernement exécutif, des gens qui ont un langage belliqueux et c’est tout cela qui nous a conduit dans cette difficile dans laquelle nous nous trouvons. Vous voyez que c’est le président du Faso seul qui se bat et se débat pour se démêler. Donc, pour le nouveau premier ministre moi je n’ai pas à caricaturer j’attends de voir pour apprécier. Sinon, le gouvernement tombé était un gouvernement qui était très loin des aspirations du peuple Burkinabè.

TOUTEINFO : Les gens ont déjà commencé à faire des spéculations sur des noms qui circulent actuellement. Selon vous, est-ce que quelqu’un comme Zéphirin DIABRE est à mesure de conduire ce nouveau gouvernement ?

Idrissa NOOGO : Etant un communicateur et homme de médias et un leader, je raisonne sur la base des faits et des arguments. Les rumeurs dont vous faites cas sont des fantasmes.Ce sont des récits imaginaires que les gens se font. Chacun donc se fait sa propre opinion et moi je ne rentre pas dans cela. Moi je juge les faits et j’attends que le premier ministre soit nommé afin que l’on puisse le juger et le prendre au pieds du mur.

TOUTEINFO : comme on a l’habitude de le voir les, OSC et certaines organisations ont le plus souvent la critique mais quand vient l’heure de la nomination certains se rétractent. N’est-ce pas là la difficulté ? est-ce que vous par exemple accepteriez-vous un poste ministeriel ?

Idrissa NOGO : Les OSC ont une mission de veille et de sensibilisation.

TOUTEINFO : Mais, ce n’est pas exclu que quelqu’un de la société civile soit nommé dans un gouvernement.

Idrissa NOGO : Mais, c’est ce que nous critiquons, si l’on tombe dans la sauce alors que faire. Je vous donne l’exemple d’un monsieur comme le ministre Harouna KABORE que l’on dit qui appartenait à la Société Civile qui est tombé dans la marmite. Peut-il avoir encore critiquer ? Non, il va créer une ONG pour capter les ressources de l’Etat et cela pose problème. Voilà pourquoi le président du Faso doit faire un nettoyage vraiment conséquent et sérieux pour qu’en fin l’on puisse mettre le train sur les rails du développement. Qu’il laisse tomber les copinages, le clanisme car c’est ce mine la gestion du pouvoir de Roch KABORE et aujourd’hui, il est dans du tambouille. Et c’est vraiment dommage.

Propos recueillis par Alain YAMEOGO et Issa ZONE

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document