Accueil > Actualité > Sport : La FIFA place Patrice Motsepe à la présidence de la CAF

Sport : La FIFA place Patrice Motsepe à la présidence de la CAF

vendredi 12 mars 2021


Le Sud-Africain Patrice Motsepe a été élu, vendredi 12 mars 2021, nouveau président de la Confédération africaine de football (CAF) par proclamation à la 43è assemblée générale de l’organisation qui a eu lieu à Rabat au Maroc. Le milliardaire sud-africain de 59 ans propriétaire du club Mamelodi Sundowns était le seul candidat en lice. Il succède ainsi au Malgache Ahmad Ahmad suspendu 2 ans par le Tribunal arbitral du Sport (TAS) de toute activité liée au football.
Au départ, 5 candidats étaient en lice pour la course à la présidence de la CAF à savoir le sortant Ahmad Ahmad, le Sénégalais Augustin Senghor, Patrice Motsepe, l’Ivoirien Jacques Anouma et le Mauritanien Ahmed Yahya. Mais en plus de la suspension du Malgache par le Tas, sous l’égide de la FIFA, le fameux « protocole de Rabat », qui s’est négocié dans la capitale marocaine les 27 et 28 février 2021, les quatre autres candidats vont aboutir à un consensus qui voit Augustin Senghor, Jacques Anouma et Ahmed Yahya retirer respectivement leurs candidatures toute chose qui a garanti à l’homme d’affaires sud-africain, neuvième homme le plus riche d’Afrique selon le Magazine Forbes, toutes les chances d’être élu.
Une candidature unique qui n’est pas du goût de tous
Ce processus électoral est vivement critiqué par bon nombre de techniciens et d’amateurs de football qui voient en cette décision une ingérence palpable dans la gestion de l’instance du football africain. S’exprimant sur BBC, Bamba Kassé, journaliste sportif sénégalais a fustigé l’ingérence de la FIFA dans la gestion du football africain. « C’est une immixtion de Gianni Infantino, président de la FIFA, qui a très longtemps manœuvré pour choisir à l’Afrique son président de la confédération […] Et c’est dommage que l’Afrique n’ait pas dit non au président de la FIFA », a regretté Bamba Kassé. Il ajoute même que la CAF s’est comportée comme une confédération de seconde.
En attendant, le consensus voulu par la FIFA a eu lieu et va permettre à Gianni Infantino placer son homme fort du continent africain qu’il apprécie tant à la tête de la CAF pour les 5 prochaines années.
Jean Babehinibè KAMBOU

Répondre à cet article