RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité



Procès Sankara : Plusieurs accusés demandent une liberté provisoire pour raison de santé ou du poids de l’âge

D 25 octobre 2021     H 22:50     A Issa ZONÉ     C 0 messages


Le procès de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara et de ses 12 compagnons qui avait débuté le lundi 11 octobre 2021 et renvoyé au lundi 25 octobre 2021 a repris ce matin à 9h dans la salle de conférence de Ouaga 2000. L’audience a commencé avec l’appel de la liste de présence des témoins cités par la partie civile et le parquet militaire.

Mais, beaucoup d’absents ont été observés par conséquent, les avocats de la partie civile ont souhaité que les témoins absents puissent témoignés par visioconférence.
A ce sujet, les avocats de la défense demandent au tribunal de faire application de la loi 119 du code de procédure militaire qui veut que lorsqu’un témoin est absent que le tribunal puisse passer outre.
Par contre, les avocats de la partie civile ont répliqué en disant qu’aucune disposition du code de justice militaire et du code de procédure pénale ne fait cas d’irrecevabilité des auditions par visioconférence car si la loi l’a prévue c’est qu’elle ne pose aucun problème.
L’Agence Judiciaire de l’Etat, représentant de l’Etat Burkinabè dans les juridictions souhaite que le tribunal puisse autoriser l’audition par visioconférence mais peut également faire appliquer la loi 119 du code de justice militaire lorsque le témoin sera appelé qu’il est absent que le tribunal puisse passer outre.

Le président du tribunal Urbain MEDA, a donc autorisé l’audition des témoins absents par visioconférence mais, cela se fera que sous la diligence du ministère de la défense et des anciens combattants et sous la supervision du service informatique dudit ministère.

Également, au cours du procès, certains avocats de la défense ont émis des demandes de remise en liberté provisoire pour leurs clients pour raison de santé et du poids de l’âge. Selon eux, les conditions carcérales ne leur permettront pas de pouvoir être en mesure de se défendre correctement tout au long du procès.

Par contre, la partie civile dit craindre que si l’on accordait la liberté aux-dits accusés, certains en profitent pour ne plus venir répondre devant le tribunal. Par conséquent, elle s’oppose à la demande de liberté provisoire pour les accusés.

Le ministère public ne s’est pas opposé à cette requête. Cependant, les avocats de la partie civile l’ont rejetée estimant qu’il n’y a pas de garantie à ce que les accusés comparaissent chaque jour qu’on aura besoin d’eux une fois qu’ils seront libres. Ils craignent que certains puissent en profiter pour ne plus venir répondre devant le tribunal.

Pour maitre Ferdinand NZEPA, avocat de la partie civile, il y aurait des troubles à l’ordre public si l’on arrivait à accorder une liberté provisoire aux accusés. « Vous imaginez le tolé que cela va créer si la population apprend que les accusés sont en liberté. On a la chance de les avoir sous la main de la justice, il faut qu’ils comparaissent. Ils peuvent supporter deux mois, nos clients ont attendus 34 ans » ajoute maitre Ferdinand NZEPA.

JPEG - 78.7 ko

Abordant dans le même sens que son collègue maitre NZEPA, Maitre Prosper FARAMA dit s’opposer à la liberté provisoire car si l’on accordait cette liberté aux accusés, certains pourront se soustraire à la justice au moment de l’instruction parce que peut-être, ils ne voient pas la réalité des choses, mais une fois le procès commencé, quand on rente dans la solennité et que vous voyez les risques que vous encourez par rapport à votre peine et que les choses avancent vers quelque chose de concret qui puissent aboutir à votre condamnation ;humainement, on peut comprendre que ces accusés puissent tenter de s’échapper.

A entendre Maitre Coulibaly avocat de la défense, sur la question de l’audition des témoins absents par visioconférence « tout ce qui concerne la sureté de l’Etat, il n’y a pas de demi-mesure, mais que le président du tribunal peut prendre une décision spécialement motivée ». Pour lui, sur les 12 accusés présents 11 vont comparaitre devant la justice pour atteinte à la sureté de l’Etat, sauf les médecins. Donc, forcément la question de la sécurité est engagée. « La visioconférence peut être une solution. Si cela peut aider dans ce dossier, pourquoi pas ne pas aller à la visioconférence » a-t-il soutenu.
Le président du tribunal Urbain MEDA a rassuré que cette question sera statuée demain, avant la suspension de l’audience. Le procès reprendra donc demain mardi à partir de 9h avec des projections vidéos. Le premier accusé qui qui sera appelé à la barre demain matin est Yamba Elysée Ilboudo, premier accusé.

Issa ZONE



Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document