Accueil > Afrique > Soudan : Human Rights Watch dénonce un probable génocide

Soudan : Human Rights Watch dénonce un probable génocide

mardi 14 mai 2024

Un génocide pourrait avoir été perpétré dans la ville d’El Genaina, à l’Ouest du Soudan, selon le rapport d’Human Rights Watch publié le jeudi 9 mai 2024. L’ONG dénonce des actes de nettoyage ethnique et de crime contre l’humanité sur les Massalit et les communautés non arabes. Ces massacres auraient été commis par les forces paramilitaires de soutien rapide et leurs alliés.


Depuis le 24 avril 2023, la capitale du Darfour occidental a été la cible d’attaques contre les communautés non arabes. Selon l’ONG Human Rigths Watch, des milliers de personnes ont été tuées et des centaines de milliers de soudanais, issues pour la plupart de communautés non-arabes et en particulier les Massalits, ont été contraints de fuir au Tchad voisin, suite aux combats et exactions. De nombreux meurtres de civils ont été commis à El Genaina par les forces paramilitaires de soutien et leurs alliés. Soutient Human rigths watch qui ajoute que qu’environ sept autres villes du Darfour Occidental ont subi des attaques meurtrières. Dans la ville de Misterei, à 42km de El Genaina, 28 Massalits ont été exécutés et des civils tués et blessés. Plus de 300000 personnes, dont la plupart sont des ressortissants du Darfour Occidental, ont fui vers le Tchad.
Selon le rapport de l’organisation, l’Etat du Darfour a été l’un des théâtres des pires atrocités commises contre des civils depuis le début du conflit au Soudan. Près de 220 réfugiés ont été interrogés dans le cadre de l’enquête menée. Le chef des forces de soutien rapide Mohamed Hamdan Dagalo dit Hemedti, est pointé du doigt par l’organisme de défense des droits humains qui le tient pour responsable des exactions commises par ses combattants. Cette accusation a été rejetée par ce dernier qui nie l’implication de ses hommes dans des attaques dirigées contre des civils.
L’organisation a suggéré des enquêtes approfondies afin de mieux qualifier et situer les responsabilités dans ces évènements qui ont causé la mort de près de 15000 personnes dans la ville d’El Genaina.

Le conflit au soudan a débuté le 15 avril 2023 à Khartoum avec des affrontements entre les forces armées soudanaises et les forces de soutien rapide. Cette guerre est la conséquence de plusieurs mois de tensions entre le général Abdelfattah al- Burhan, chef des Forces armées soudanaises et Mohamed Hamdan Dagalo, chef des forces paramilitaires de soutien rapide. Ces tensions font suite à un désaccord sur le sujet de la réforme des forces de sécurité lors des négociations visant la formation d’un gouvernement de transition.
Rappelons que les deux protagonistes avaient mené ensemble un coup d’Etat contre le gouvernement de transition en octobre 2021.

Sawedeta Mariam Maïga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document