RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


Burkina Faso : Faire de l’état civil un dispositif au service des citoyens

D 21 avril 2017     H 23:20     A Toute info     C 0 messages


Pour éviter aux Burkinabè de l’étranger de s’exposer à des risques de d’apatridie, la Direction Générale de la Modernisation de l’état civil a entrepris des travaux d’élaboration des registres pour la transcription des actes civils dressés à l’étranger par le centre de Ouagadougou. L’atelier de validation s’est tenu à Ouagadougou le 21 avril à Ouagadougou.

L’état civil a pour objet de situer dans le temps et l’espace le vécu d’une personne dans la société (naissance, mariage etc.)C’est dire jusqu’à quel point, il est impératif que toute personne aspirant à la citoyenneté dispose d’un état civil. Pour Léonard Guira, conseiller technique auprès du ministre chargé de la l’administration territoriale, l’inexistence d’ « un système d’état civil moderne et fiable constitue une entrave à la mise en œuvre au suivi et à l’évaluation des politiques et programmes de développement ».Problème ;les Burkinabé de l’étranger n’ont pas la possibilité de se faire transcrire et de recevoir des extraits lorsqu’ils sont de retour au pays à cause du fait que leurs actes ont été faits à l’étranger. Ce qui leur crée des désagréments d’autant plus qu’ils courent le risque de devenir apatrides dans les cas où ils n’arriveraient pas à repartir dans les pays où ces documents officiels ont été établis.
Dynamiser le système de l’état civil. Il y’avait donc lieu de solutionner cet état de fait. D’où l’atelier de ce 21 avril qui a pour but de valider les projets de registres pour éviter aux Burkinabé de l’étranger les désagréments d’une possible apatridie. Il s’agira entre autres de déterminer les feuilles de fascicules du registres des actes dressés à l’étranger, d’élaborer le registre des actes dressés à l’étranger, améliorer l’organisation et le fonctionnement du centre unique de Ouagadougou. Cet atelier s’inscrit donc dans un élan de dynamisation du système d’état civil entamé depuis 2012.Le gouvernement entend de ce fait, répondre aux demandes de sollicitations en matière d’état civil de tous les ressortissants.

Soumana Loura

TOUTE INFO, Quotidien burkinabè en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document