RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Toute l’actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


FRAUDE AU BAC TECHNIQUE : un candidat pris entrain de recopier la correction des épreuves avec un portable androïde

D 23 juin 2017     H 01:04     A Toute info     C 0 messages


Une délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba s’est rendu au Lycée technique national Aboubacar Sangoulé Lamizana (LTN/ASL) ce jeudi 22 juin 2017. Elle est allée encourager les candidats du baccalauréat, série technique.

Le ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou et celui de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Jean-Martin Coulibaly, sont les deux membres du gouvernement qui ont accompagné le Premier ministre Paul Kaba Thiéba lors de sa visite au centre d’écrit du baccalauréat série technique Lycée technique national Aboubacar Sangoulé Lamizana (LTN/ASL) ce jeudi 22 juin 2017. Arrivé à heures 30minutes, le chef de la délégation a passé près d’une heure de temps avec les présidents des jurys et les candidats. Il a confié aux uns et aux autres être venu leur apporter le soutien de son gouvernement. Le patron de l’exécutif burkinabè a fait un tour dans les salles d’examen où il a invité les candidats à travailler, à être sereins, confiants et à donner le meilleur d’eux-mêmes pour que leurs noms figurent sur la liste des admis lors de la proclamation des résultats. Ils ont compris et ont même rassuré le patron de l’exécutif burkinabè. Dans certaines salles, certains candidats en série F2 et F3 déjà soucieux de leur futur après le BAC ont fait part à la délégation gouvernementale, d’une inquiétude qui risque de constituer un obstacle pour la suite de leurs études.
Si on veut les croire, l’opportunité ne leur est pas offerte de continuer les études universitaires au Burkina Faso par absence de filières à l’université pouvant les accueillir. Dans leur plaidoirie, ils auront un soutien de taille qui est le président du jury. Il n’a pas hésité à appuyer les propos des candidats. Si on l’en croit aussi, le corps enseignant des lycées techniques a du mal à orienter les nouveaux bacheliers pour les raisons évoquées par les candidats.
Il faut dire que les autorités burkinabè avaient déjà conscience de la situation comme l’a confirmé le ministre en charge de l’alphabétisation, Jean-Martin Coulibaly. Il a confié que pour pallier cette situation, le gouvernement envoie les nouveaux bacheliers à l’étranger par le biais des bourses, où ils poursuivent leurs études. Il rappelle cependant que ce ne sont pas tous qui bénéficient de ladite bourse, mais les meilleurs a-t-il ajouté. Selon ses dires en effet, il y a un nombre limité de meilleurs bacheliers qui bénéficient de la bourse. Tout en reconnaissant que c’est un effort qui mérite d’être salué et qui est fait par le gouvernement, le Premier ministre a estimé que la solution pour résoudre le problème se résume à la création des filières dont il est question ici à l’université pour permettre aux uns et aux autres de poursuivre leurs études après le BAC. Il rassure que ce ne sont pas que des paroles politiciennes mais des promesses qui seront tenues et elles seront effectives dès la rentrée universitaire 2017-2018 fois du patron de l’exécutif. Il confirme : « Elles seront tenues car elles font parti des priorités du gouvernement qui veut réorienter l’éducation ». Il renchéri : « Nous sommes déterminés à le faire car c’est dans l’intérêt du pays et le gouvernement en a conscience ».
Paul Kaba Thiéba est revenu sur l’effectif des candidats inscrits au compte du BAC technique. Il a confié que sur plus de 76 milles candidats prenant part au baccalauréat cette année, seulement une centaine passe le BAC série C et une quarantaine seulement le BAC technique. Le chef de la délégation gouvernementale au LTN/ASL a estimé que cela n’est pas assez ; par conséquent, « il faut encourager les jeunes vers ces filières techniques et scientifiques » a t-il soutenu. C’est une impérative selon lui, car « c’est là que nous avons les pépinières des ingénieurs, des techniciens supérieurs, etc. dont le Burkina Faso a besoin pour se construire » a souligné le chef du gouvernement.

Un tricheur pris la main dans le sac

Apparemment certains ne manquent pas d’imagination. Au lieu d’utiliser leur intelligence pour bosser et réussir dignement, ils préfèrent l’utiliser pour trouver des astuces pouvant leur permettre de tricher. C’est le cas d’un candidat appréhendé entrain de tricher grâce à son portable androïde dans lequel se trouvait l’intégralité de la correction de l’épreuve en cours. Le président du jury raconte la stratégie utilisée par ce dernier pour se procurer la correction : « certains candidats, 30 ou 40 minutes après avoir reçu les épreuves, demandent la permission pour sortir afin de se soulager. Une fois dehors, ils scannent les exercices qui se trouvent sur l’épreuve, qu’ils envoient à des individus non encore identifiés. Ces derniers traitent lesdits exercices qu’ils renvoient aux candidats, qui ne font que recopier la correction ». A croire le président du jury, le malheureux candidat ne serait pas le seul à procéder de cette façon. Il confie que c’est un réseau bien organisé qui est mis en place pour l’occasion. Visiblement cette révélation n’a pas été du goût de Paul Kaba Thiéba qui a tenu à rappeler aux candidats que la tricherie n’est pas une vertu Burkinabè. « Le Burkinabè est un honnête travailleur et qui travaille dur » a-t-il relevé. Il a par conséquent invité non seulement les candidats à bannir la tricherie de leur vocabulaire, mais aussi les surveillants à être très vigilants.
Il faut aussi rappeler que les présidents de jury ont également partagé avec le chef du gouvernement, quelques difficultés qu’ils rencontrent. Il s’agit du nombre trop élevé de candidats par jury et l’insuffisance de place assise ; ce qui oblige certains candidats à s’assoir deux par banc ont-ils confié.
Le patron de l’exécutif burkinabè a mis fin à sa visite à 7 heures 25 minutes, après avoir ouvert l’enveloppe fermée contenant l’épreuve de la matinée devant les candidats.
Thierry KABORE

TOUTE INFO, Quotidien burkinabè en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document