RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Enquêtes

Version imprimable de cet article Version imprimable


METIER DE VIGILE : « Si nous étions bien traités, nous pourrions mieux contribuer à la sécurisation dans la ville », Raphaël Simporé

D 14 mai 2018     H 10:01     A Toute info     C 0 messages


Conséquence d’une insécurité qui de leurs propres aveux « va grandissante », les agents privés de sécurité communément appelés vigiles sont de plus en plus professionnalisés et de plus en plus sollicités. L’environnement dans lequel ces hommes- et femmes- exercent n’est pourtant pas des plus simples. Comme nous l’ont confié certains d’entre eux. Enquête.

Le métier d’agent privé de sécurité au Burkina Faso n’est pas une sinécure. Alors que l’environnement sécuritaire se dégrade, les agents se disent souvent livrés à une autre insécurité : une absence de protection sociale. Même si, nombre d’entre eux admettent que de nos jours, leur situation s’est quelque peu améliorée. Raphaël SIMPORE a quinze (15) ans d’expérience dans la sécurité privée. Une assez longue « carrière » qui est loin d’être des plus stables et des plus sécurisants. « J’ai fait dix (10) ans sans contrat d’embauche. J’ai dû faire trois (03) entreprises de suite. » se rappelle-t-il avec amertume. « Le métier est aussi marqué par les retards de paiements » poursuit SIMPORE qui révèle que la pratique a toujours court. Certains agents font souvent trois (03) mois sans se faire payer. Mais Raphaël qui est à sa quatrième entreprise note pourtant une l’amélioration dans le traitement salarial. « Cette année, les sociétés de gardiennage ont revu le traitement salarial à la hausse. Il est désormais à cinquante mille (50 000 F) voire plus lorsqu’on ajoute les indemnités dans certaines sociétés. Nous leur en sommes reconnaissants » note Raphaël qui apprécie aussi le fait que les horaires soient devenus plus souples, du moins dans la société qui l’emploie. Sourire au coin, il ajoute que les vigiles verraient bien une augmentation supplémentaire parce que dit-il, « depuis quelques années, l’insécurité s’est accrue ».

Cette augmentation sonnait comme une nécessité comme le relate Issouf SAWADOGO qui entame sa vingt-deuxième année d’expérience : « Les salaires étaient à la fois dérisoires-de l’ordre de 20 000 F par mois- et incertains. Du coup, nous avions du mal à nous prendre en charge. » Pour « pallier » cet état de fait, certains vigiles n’hésitaient pas à dérober, lorsqu’ils en trouvent, les matériels des entreprises où ils sont affectés qu’ils revendent. Plusieurs départs ont par ailleurs été enregistrés d’autant qu’à la faveur de la montée des braquages, certains agents y ont laissé leurs vies. « Les uns et les autres se sont rendus compte que le métier est exposant. Sans oublier que les autorités publiques ont exigé que les agents soient non seulement formés mais aussi qu’ils soient mieux initiés à leurs droits et devoirs… » analyse SAWADOGO. La montée de l’insécurité s’est aussi répercutée sur l’armement dont les agents sont dotés. « Avant nous n’étions armés que de gourdins. » Mais depuis trois(03) à quatre(04) années de cela, les vigiles sont obligés de s’armer de fusils au risque de compromettre leur vie », expliquent-ils.

Résultante d’une évolution de mœurs où d’une prise de conscience de leur utilité ? Quoi qu’il soit, les vigiles notent que la dérision ou au pire le mépris dont ils étaient l’objet dans les décennies précédentes ont laissé la place à une plus grande considération dans la société. Mais c’est surtout de la part des responsables de sociétés et de l’Etat que les agents attendent une considération qui puisse leur permettre de vivre plus dignement. « Les vigiles peuvent jouer un rôle de supplément aux forces de sécurité classiques dans la lutte contre l’insécurité notamment en termes de renseignements à condition d’être motivés… ».En attendant peut être que le syndicat s’occupe de leur vécu. Car pour beaucoup les actions dudit syndicat sont plutôt timides.

Soumana Loura

TOUTE INFO, quotidien d’informations en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document