RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Justice : Salif Diallo cité dans une affaire de 1500 parcelles !

D 14 octobre 2019     H 16:33     A Camille Baki     C 0 messages


Son nom ne quittera pas de si tôt la scène politique, encore moins la vie publique burkinabè. Décédé le 19 août 2017, celui qui fut président de l’assemblée nationale et président du parti au pouvoir le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), est parfois cité dans plusieurs affaires. Salifou Diallo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est cité cette fois-ci dans une affaire de parcelles à Ouagadougou.C’est au cours d’une formation initiée par la Coalition Burkinabè des Defesnseurs des Droits Humains (CBDDH) à Ouagadougou le 07 octobre 2019 que Abdoulaye Ouédraogo, défenseur du droit au logement a évoqué le nom de Salif Diallo, sur sa promesse non tenue de donner des parcelles à des populations.

Sa mort a redistribué sans doute la carte politique au Burkina. Soutien indéfectible du président Rock Marc Christian Kaboré pour accéder à la magistrature suprême,Gorba comme on l’appelait ne quittera pas de sitôt dans la mémoire des Burkinabè tant son nom est parfois cité dans plusieurs affaires .La dernière révélation s’il faut l’appeler ainsi est que le nom de Salif Diallo est cité dans une affaire de parcelles à Ouagadougou

Les faits remontent à 2015.Selon Abdoulaye Ouédraogo qui le rapporte à Touteinfo.Ressortissant du quartier Rayongo de la ville de Ouagadougou, Abdoulaye Ouédraogo est à la tête de de l’Association Manegdm Kèta en abrégé AMK.En effet explique-t-il la zone non viabilisé de Rayongo communément appelée zone non lotie connait tous les problèmes du monde.

Cet état de fait est dû selon lui à un délaissement total des autorités communales au temps du pouvoir de Blaise Compaoré. Toujours selon lui ,le principal point d’achoppement entre les populations et les autorités municipales est le problème de lotissement. Selon le défenseur du droit au logement Abdoulaye Ouédraogo, l’espoir était enfin arrivé après le départ du pouvoir Compaoré qui pour lui serait avec tous ses acolytes à la manœuvre du pillage du foncier.

A l’écouter l’arrivée du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) s’annonçait comme un grand renouveau pour les milliers de populations qui croupissent dans les zones non loties de Ouagadougou et en particulier de Rayongo.Mais au contraire se désole-t-il les autorités sont dans la spéculation foncière sans tenir compte de la majorité des Burkinabè qui ne peuvent pas s’acheter une maison. « Nous n’avons plus confiance à l’autorité. Les zones qui devraient servir de parcelles pour les populations sont en train d’être mises à la disposition des sociétés immobilières. »
Faisant un lien entre entre la gouvernance Compaoré et celle du président Kaboré sur la question foncière, une lueur d’espoir s’est envolée aujourd’hui. De plus, Abdoulaye Ouédraogo estime que le régime actuel a trahi les populations de Rayongo concernant le sujet du foncier. A cet effet, déclare-t-il Salif Diallo alors ,la tête pensante du MPP pendant la campagne présidentielle de 2015 avait promis haut et fort résoudre le problème de parcelles dans un délai de six mois s’ils accedaient aux affaires.Quatre après ,c’est la pitié estime Abdoulaye Ouédraogo.

Une promesse faite mais qui ne sera pas tenue. En tout,1500 parcelles étaient en jeu dans cette affaire estime-t-il. Il appelle les autorités à l’écoute car le foncier nourrit toutes les passions.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document