RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


BUDJET DE L’ETAT 2020 : EDUCATION 23,29%, SECURITE 18%

D 23 décembre 2019     H 14:29     A ALAIN YAMEOGO     C 0 messages


Le budget de l’Etat du Burkina Faso exercice 2020 a été adopté par l’assemblée nationale le 05 décembre dernier. Pour mieux comprendre les contours et les détours de ce budget, l’Association des Journalistes du Burkina (AJB) a organisé une conférence publique le 21 décembre 2019 à Ouagadougou afin que les hommes et femmes de médias puissent être mieux outillés aux différentes problématiques liées au budget.


Ils étaient près d’une cinquantaine à avoir participé à cette conférence sur le budget de l’Etat. En majorité des journalistes, il y avait aussi la présence des mouvements syndicaux qui ont été invités. Prenant la parole Boukari Ouoba, le secrétaire général de l’Association des Journalistes du Burkina a indiqué que cette rencontre est l’une des rares fois auxquelles les hommes de médias se penchent sur le budget national, généralement laissé aux mains des politiques et de la représentation nationale.

Sur le fond des débats avec Hermann Dakuo comme seul conférencier, l’assemblée nationale ayant déclinée sa participation à la dernière minute selon les organisateurs, on retient que le budget de l’Etat qui prend place dès le premier janvier 2020 et est estimé à 2 233 milliards de FCFA. Il est en hausse de 5,19% par rapport à celui antérieur .Pour Hermann Dakuo cette augmentation est principalement due aux nouvelles mesures fiscales et les taxes. En outre l’Etat burkinabè contribue à près 1 887,78 milliards soit 85,14% de la mobilisation et s’attend à un appui extérieur de 329,499 milliards .Ce nouveau budget de l’Etat bien consistant par rapport à celui de l’année dernière s’inscrit dans les priorités du moment notamment sécuritaires. A ce titre, la sécurité arrache 18% du budget national. L’éducation se taille de près de 24%.Le secteur de la santé traine près de 14%, et le secteur agricole et les collectivités locales respectivement 8,86% et 1,9% .Par ailleurs ce budget n’est qu’une estimation face à la réalité que le gouvernement pourrait rencontrer.

Aussi au cours de cette conférence publique, il ressort que le budget de l’Etat s’il ne change pas de forme ne fera qu’appauvrir la majorité des Burkinabè au profit des riches .En effet pour les différents journalistes et les syndicats, l’inquiétude est vive sur les nouvelles taxes qui ont été instaurées pour la couverture du budget. A les entendre, il n’est pas du tout exclus que d’autres taxes se greffent si l’on veut atteindre les objectifs avec les prévisions déjà faites.

Les syndicats réagissant, ont notamment pointé du doigt l’IUTS, perçu comme une taxe supplémentaire pour les fonctionnaires. A ce sujet, ils promettent ne pas bouger sur leur position initiale. Celle du rejet pur et simple de l’IUTS et sa suppression pour les travailleurs du privé. Pour eux, une crise de légitimité se pose aujourd’hui entre les autorités et la population. Cet état de fait se manifeste par le fait que les plus nantis paient ou pas les impôts tandis que la majorité croupie dans la pauvreté. La mauvaise gestion de l’exploitation minière engendrée par des soupçons de corruption généralisée amène les membres de la CGT-B à promettre des mouvements électriques au gouvernement en début janvier 2020 si l’IUTS est réellement mis en vigueur.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable







Newsletter



Météo

Compteur de visites