RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


SICOT 2019 : bientôt Koudougou une référence en termes d’usine d’égrenage en Afrique de l’ouest

D 15 janvier 2020     H 10:17     A Camille Baki     C 0 messages


Faire du coton un moteur d’industrialisation et de croissance économique pour les Etats Africains c’est tout le mal que les premiers responsables du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat souhaitent à la filière. Et ce à 2 semaines de la tenue de la 2e édition du Salon international du coton et du textile(SICOT). Prévu pour se tenir du 30 au 31 janvier, Koudougou verra l’inauguration d’une usine d’engrenage du coton biologique. Cette manifestation de promotion et de valorisation du coton s’élève à un coût de 455 millions. Ces informations ont été données par le ministre du commerce à l’issue d’un point de presse tenu le lundi 13 janvier 2019 à Koudougou.

Première du genre au Burkina et aux dires du ministre du commerce Harouna Kabore, l’usine d’égrenage de coton biologique qui sera inaugurée à Koudougou le 30 janvier par le président du Faso est la première en Afrique de l’Ouest. Lancée depuis 2018 à la première édition du salon international du coton et du textile (SICOT), c’est à la 2e édition que ce joyau sera connu. Une œuvre (usine) qui répond bien à la vision du ministère du commerce. Il s’agit à travers cette manifestation de conforter le leadership africain dans la filière, de valoriser le coton et stimuler davantage sa transformation. A cet effet un projet pilote a été lancé pour la labellisation de 4 produits du terroir notamment le Faso Dan Fani, le beurre de karité, le Chapeau de Saponé et les cuirs et peaux de Kaya. En effet, pour la labellisation du Faso Dan Fani, on note la protection effective du label Faso Dan Fani et de quatre catalogues de motifs déposés auprès de l’Organisation Africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), matérialisée par la réception des certificats d’enregistrement ainsi que la validation par l’OAPI du dossier d’extension de la protection du label Faso Dan Fani à l’international, s’en réjouit le premier responsable du département. Aussi, note-t-on la mise en place d’un système d’identification des produits made in Burkina. L’opérationnalisation de cette initiative a permis selon Harouna Kabore, le lancement du concours et la réception des dossiers de candidature pour la conception d’un logotype « made in Burkina ». Cette tribune dédiée au coton a un coût et ce coût s’élève à 455 millions de FCFA, un budget qui sera injecté dans les activités de ce SICOT 2020. « L’objectif de ce salon est de mettre en valeur le secteur du coton et du textile et de faire du Burkina Faso, le carrefour par lequel se dégage les solutions majeurs pour le développement de la chaîne de valeur du coton et du textile » a conclu le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat.

Camille BAKI

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document