RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mali : le syndicat des policiers demande la radiation d’un policier tueur

D 13 mai 2020     H 19:48     A Camille Baki     C 0 messages



« …Les plus hautes autorités de la police de prendre toutes les dispositions idoines pour radier des effectifs de la police l’auteur de cet acte odieux qui n’honore point nos forces de sécurité » c’est ce qu’on pourrait lire dans le communiqué du Syndicat Automne de Police (SAP) du Mali suite au décès d’un jeune de Kayes, tué par un des leurs, après que le SAP ait présenté ses condoléances à la famille éplorée. Pour Bougouno Baba Dembele sergent de Police Président du SAP le fautif doit être mis à la disposition de la justice pour fins utiles. Faut-il le rappeler le jeune a été tué le lundi soir pendant qu’il faisait des acrobaties dans la banlieue de Kayes par un policier qui n’était ni en mission, ni en patrouille souligne le directeur général de la police de Kayes, Seydou Diallo. Une situation qui a provoqué des vagues de manifestations violentes, occasionnant 3 morts selon une source à l’Agence France Presse (AFP) et des dégâts matériels dont un commissariat. "Nous voulons qu’il y ait justice parce qu’il y a eu trop d’injustices dans cette ville, trop de bavures de la police", notamment "pendant le couvre-feu", a déclaré Siradjou Tamboura, l’oncle du défunt cité par l’AFP. « Nous demandons à nos militantes nos militants et à tous les policiers du Mali voire nos compagnons d’armes des forces de l’ordre de veiller au respect scrupuleux des usagers dont nous devons plus tôt assurer la sécurité et la quiétude et non le contraire. » exhorte le président du SAP, pour qui le policier demeure l’infatigable factionnaire pour la tranquillité des citoyens et de leurs biens. En effet cette situation vient empirer le climat déjà délétère né au lendemain de la proclamation des résultats des législatives par la cour constitutionnelle, et Kayes fut l’épicentre de ces contestations post électorales avec son corollaire de barricades et de pneus brûlés.

Camille BAKI

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document