RSS 2.0 twitter google facebook youtube

-->


Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Interviews



Examen CSAPé : le boycott reste maintenu, "chaque enseignant est appelé à ne pas trahir" la lutte, Adama Dabilgou (SG SYNAPEC)

D 19 septembre 2022     H 10:48     A ALAIN YAMEOGO     C 0 messages


agrandir
-->

A moins de 24H du CSAPé, examen professionnel qui divise le monde de l’éducation, le Secrétaire Général du Syndicat National des Professeurs des Ecoles (SYNAPEC), Adama Dabilgou reste toujours droit dans ses bottes. Dans un entretien qu’il a accordé à touteinfo.com, il indique que le boycott de cet « examen humiliant » est plus qu’à l’ordre du jour. Il appelle alors les enseignants à s’abstenir d’aller en salle de composition pour ne pas trahir leur propre conscience. Le SG du SYNAPEC donne aussi des éléments de réponses sur les rapports du jeune syndicat avec le Coordination Nationale des Syndicats de l’Education (CNSE). Nous vous proposons l’intégralité de l’entrevue.

TOUTE INFO : Bonjour SG du SYNAPEC, aujourd’hui quel est l’étape de la lutte pour le reclassement automatique de votre syndicat ?

Adama DABILGOU : Oui bonjour mon cher journaliste ! Pour répondre à votre question, nous dirons que nous à une étape importante et avancée de la lutte pour le reclassement automatique et sans condition de tous les IAC et IC du Burkina Faso, même si nous déplorons le silence de mépris de nos autorités administratives et politiques. Nous relevons de passage que c’est ahurissant de réaliser un tel silence de l’autorité surtout de la part de ceux dont nous avons pris pour modèle hier tout près.

TOUTE INFO : Où en est-on avec la procédure judiciaire que vous avez enclenchée ?

Adama DABILGOU : Pour la question judiciaire, nous notons un progrès rapide et significatif sans entrer dans les détails. L’information judiciaire à transmettre aux opprimés de l’éducation nationale Burkinabè est de leur rassurer que la justice burkinabè dans son impartialité tranchera et rendra justice à qui la mérite. Et si le SYNAPEC remporte, l’examen sera annulé et sa composition sera nulle et sans effet.

TOUTE INFO : Est-ce que vous avez approché le ministère en charge de l’éducation sur votre demande de reclassement ?

Adama DABILGOU : Il appartient au Ministère de l’Education Nationale de nous revenir par rapport à notre demande de reclassement automatique et sans condition. Le 22 mai 2022, le ministre BILGO a reçu la plate-forme minimale revendicative du SYNAPEC au cours d’un entretien qu’il a accordé. Dans cette plate-forme, le reclassement automatique et sans condition est le premier point inscrit. Ce jour, il nous avait même promis de nous revenir dans deux semaines pour la mise en place d’un comité de travail. Nous déplorons le fait que les deux semaines tardent à venir. Mieux, nous avons déposé une demande d’annulation de l’examen du CSAPé au profit d’un reclassement automatique et sans engagement et aussi un préavis de grève allant dans ce sens. Nous n’avions bénéficié d’aucun traitement de considératif et cela ne fait que renforcer notre ardeur dans la lutte et la dose défensive.

TOUTE INFO : Nous constatons que votre jeune syndicat semble être seul dans cette lutte. La CNSE et les autres semblent plutôt favorables à l’examen, n’est-ce pas un frein de taille à votre combat ?

Adama DABILGOU : Nous ne pensons pas que le SYNAPEC soit seul dans cette lutte contre l’injustice et même s’il s’avère que le SYNAPEC est seul dans cette lutte, c’est formidable. Dans la vie de lutte ou la lutte de survie, si tu n’es pas dans le camp des opprimés, c’est que tu es dans le camp des oppresseurs. Et tous ceux qui se rangent du côté des oppresseurs seront traités au titre que les oppresseurs par les opprimés. La bataille sera rude mais la puissance de la terre juste et la force de mes ancêtres Naaba Raoua du Zondoma et Naaba Namendé de Boulsa pour ne citer que ces deux, tous les ennemis seront vaincus.

TOUTE INFO : Quels sont vos rapports avec la CNSE ?

Adama DABILGOU : Nous ne détenons aucun rapport avec la CNSE mais nous espérons que dans les jours qui suivent, nous serons davantage compris par elle. On n’a pas l’intention de remettre en berne le flambeau qu’elle a hissé mais nous sommes dans une dynamique positive de l’enjoliver.

TOUTE INFO : La composition des examens professionnels c’est ce mardi, quel est votre message à vos camarades ?

Adama DABILGOU : A l’endroit de nos Camarades nous leur demandons de s’abstenir de cet examen humiliant. La dignité humaine n’est jamais à marchander. Le CSAPé n’est point une fin en soi. On naît avec la dignité et obligatoirement, la mort doit te surprendre avec elle.
Par ailleurs, il n’est pas tard pour les autorités de reconsidérer la tenue de l’examen. Ça sera du gâchis financier et hypothétique l’année scolaire 2022-2023. Si le reclassement automatique et sans condition n’est pas effectif, cette année scolaire sera sans doute blanche.

TOUTE INFO : M. Dabilgou pouvez-vous rassurer les militants que le boycott du 20 est toujours maintenu ?

Adama DABILGOU : Plus que maintenu est le boycott de l’examen du CSAPé du 20 septembre 2022. Chaque enseignant est appelé à ne pas trahir sa conscience, son avenir et son devenir.

TOUTE INFO : Allez-vous personnellement refuser la composition pour donner l’exemple ?

Adama DABILGOU : En ce qui concerne la personne de Adama DABILGOU, SG du SYNAPEC, le mardi 20 septembre est un jour ordinaire comme les autres. Je n’irai pas me ridiculiser dans cet examen humiliant. Si boycotter l’examen du CSAPé du 20 septembre 2022 est un crime, j’assumerai pleinement la responsabilité de mon crime.

Propos recueillis par Alain YAMEOGO www.touteinfo.com



Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document