RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


Burkina post-insurrection : Le Balai Citoyen et le CGD entre souvenirs et questionnements

D 12 juin 2016     H 22:40     A Toute info     C 0 messages


Alors qu’ils estiment que « l’esprit de l’insurrection » est en train d’être vidé de son sens, le Balai Citoyen et le Centre pour la Gouvernance Démocratique(CGD) ont animé le samedi 11 juin 2016, un panel-débat pour appeler à la réflexion quant au devenir politique du Burkina.

« De l’insurrection aux élections municipales :bilan et défis pour l’avenir »,c’est autour de cette thématique que les intervenants constitués d’éminents professeurs d’université et d’acteurs de la société civile ont axé leurs communications.
Les intervenants , au nombre desquels un député de l’ex-Conseil National de la Transition (CNT), ont rappelé que sous la Transition, des acquis ont été réalisés mais qui, selon David Moyenga du parlement sortant, sont mis en péril dans leur contenu par les autorités actuelles. Au nombre des acquis , la moralisation de la vie publique avec la publication des revenus des responsables politiques, l’institutionnalisation de l’Autorité Supérieure du Conseil d’Etat et de Lutte contre la Corruption(ASCE/LC), l’indépendance de la magistrature ainsi que la gestion de multiples crises dont la moindre n’est pas la dissolution du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) sans oublier les lois votées en faveur des ayant –droits des martyrs de l’insurrection. D’où la nécessité selon les intervenants de garder la veille citoyenne.
Quant à Abdoul Karim Saidou, panéliste, il a estimé que le principal acquis de la Transition est le fait qu’elle a permis au peuple de prendre conscience de son pouvoir et déploré « les tâtonnements » constatés mais surtout le non-passage à la Cinquième République résultante selon lui d’un manque de volonté politique de la part des acteurs de celle-ci.
Des tâtonnements c’est le constat qui est fait aussi des actions du nouveau pouvoir dont les actions en faveur de l’emploi et de la sécurité sont jugées inefficaces. Pour le Professeur Saïdou, le nouveau pouvoir est dans un apparent « manque de vision ».Il en veut pour preuves le « délitement de l’Etat » avec comme corollaires l’avènement des milices d’autodéfense et la montée de l’incivisme.

Soumana Loura
Toute Info

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document